Ce procès avait lieu à la suite du scandale dit "Publifin", qui avait éclaté en 2016 lorsqu'on a découvert que les membres des comités de secteur de l'intercommunale Publifin étaient rémunérés pour des réunions auxquelles ils ne participaient pas ou peu. Il s'était toutefois vidé de sa substance: la majorité des prévenus s'était acquittée d'un règlement à l'amiable avec le parquet.

Il restait sept prévenus qui ont comparu: Georges Pire, André Denis, Jean-Marie Gillon, Robert Botterman, Pol Guillaume, Pierre Stassart et Catherine Maas. Aucun n'avait fait partie de ces fameux comités de secteur mais ils avaient été membres du conseil d'administration de Publifin. À ce titre, ils avaient créé les comités, décidé de leur composition et prolongé leur durée de vie, commettant des infractions aux yeux du ministère public, qui n'avait toutefois pas requis de peine de prison.

Le tribunal correctionnel a été d'un autre avis: il a acquitté l'ensemble des prévenus.

Ecolo se réjouit que ses deux anciens mandataires, Catherine Maas et Jean-Marie Gillon, aient été acquittés. "Le tribunal correctionnel reconnaît d'une part qu'ils ont exercé leur mandat dans le but de préserver le développement des activités de l'intercommunale et de l'intérêt général et, d'autre part, que l'ancien management avait mis en place une politique de dissimulation dont on connaît aujourd'hui les conséquences", souligne le parti dans un communiqué.

Ce procès avait lieu à la suite du scandale dit "Publifin", qui avait éclaté en 2016 lorsqu'on a découvert que les membres des comités de secteur de l'intercommunale Publifin étaient rémunérés pour des réunions auxquelles ils ne participaient pas ou peu. Il s'était toutefois vidé de sa substance: la majorité des prévenus s'était acquittée d'un règlement à l'amiable avec le parquet. Il restait sept prévenus qui ont comparu: Georges Pire, André Denis, Jean-Marie Gillon, Robert Botterman, Pol Guillaume, Pierre Stassart et Catherine Maas. Aucun n'avait fait partie de ces fameux comités de secteur mais ils avaient été membres du conseil d'administration de Publifin. À ce titre, ils avaient créé les comités, décidé de leur composition et prolongé leur durée de vie, commettant des infractions aux yeux du ministère public, qui n'avait toutefois pas requis de peine de prison. Le tribunal correctionnel a été d'un autre avis: il a acquitté l'ensemble des prévenus. Ecolo se réjouit que ses deux anciens mandataires, Catherine Maas et Jean-Marie Gillon, aient été acquittés. "Le tribunal correctionnel reconnaît d'une part qu'ils ont exercé leur mandat dans le but de préserver le développement des activités de l'intercommunale et de l'intérêt général et, d'autre part, que l'ancien management avait mis en place une politique de dissimulation dont on connaît aujourd'hui les conséquences", souligne le parti dans un communiqué.