Le problème des postes de garde de médecine générale, créés en 2002, est connu. Il y en a une septantaine dans toute la Belgique, mais il reste une série de zones non-couvertes où les patients n'ont pas accès à un poste de garde. En outre, les patients se rendent encore trop souvent aux urgences au lieu de prendre d'abord contact avec le poste de garde. La réforme que prépare Maggie De Block a été examinée une deuxième fois jeudi par le groupe de travail regroupant des collaborateurs de la ministre et des représentants de médecins, d'hôpitaux, d'assurances, de l'Inami et du SPF Santé publique.

"Chaque patient du pays doit avoir accès à tout moment à un médecin généraliste. C'est pourquoi nous voulons qu'en quatre ans, les postes de garde de médecine générale couvrent la totalité du territoire", explique la ministre dans un communiqué. Cela se fera en créant de nouveaux postes et en en réorganisant d'autres. Les postes de garde devraient se situer à côté d'un service d'urgence sur un campus hospitalier, de préférence avec une entrée commune, indique encore la ministre.

La volonté de Maggie de Block d'organiser les postes de garde de médecine générale en réseau était déjà connue. Le plan dans sa version actuelle prévoit un réseau pour 400.000 habitants, "mais cette proposition doit encore être discutée", souligne la ministre. Chaque réseau devra comprendre au moins un poste de garde de médecine générale sur un campus hospitalier, et les pouvoirs publics financeront un coordinateur à temps plein par réseau.

Le problème des postes de garde de médecine générale, créés en 2002, est connu. Il y en a une septantaine dans toute la Belgique, mais il reste une série de zones non-couvertes où les patients n'ont pas accès à un poste de garde. En outre, les patients se rendent encore trop souvent aux urgences au lieu de prendre d'abord contact avec le poste de garde. La réforme que prépare Maggie De Block a été examinée une deuxième fois jeudi par le groupe de travail regroupant des collaborateurs de la ministre et des représentants de médecins, d'hôpitaux, d'assurances, de l'Inami et du SPF Santé publique. "Chaque patient du pays doit avoir accès à tout moment à un médecin généraliste. C'est pourquoi nous voulons qu'en quatre ans, les postes de garde de médecine générale couvrent la totalité du territoire", explique la ministre dans un communiqué. Cela se fera en créant de nouveaux postes et en en réorganisant d'autres. Les postes de garde devraient se situer à côté d'un service d'urgence sur un campus hospitalier, de préférence avec une entrée commune, indique encore la ministre. La volonté de Maggie de Block d'organiser les postes de garde de médecine générale en réseau était déjà connue. Le plan dans sa version actuelle prévoit un réseau pour 400.000 habitants, "mais cette proposition doit encore être discutée", souligne la ministre. Chaque réseau devra comprendre au moins un poste de garde de médecine générale sur un campus hospitalier, et les pouvoirs publics financeront un coordinateur à temps plein par réseau.