L'Inspection générale de la police peut être saisie d'une plainte par un citoyen mais aussi par un service de police ou par des policiers qui dénoncent des comportements au sein même de leur service.

En 2020, quelque 919 enquêtes individuelles ont été menées, contre 830 en 2019, soit une hausse de 11%. Ce sont surtout les dossiers administratifs qui ont connu la plus forte progression (+75%, de 277 à 485). "Cette augmentation notable s'explique principalement par le renouvellement et la simplification du formulaire de plainte en ligne sur le site de l'IAG, mais aussi en partie par une augmentation des plaintes contre les policiers dans le contexte de la pandémie Covid", précise le rapport évoqué vendredi dans les journaux du groupe Sudpresse.

Dans le top 3 des plaintes judiciaires à l'encontre de policiers, on trouve des faits de coups et blessures volontaires (72 dossiers), des violations du secret professionnel (51) et des menaces (32).

Ces chiffres ne reflètent cependant pas l'ensemble des plaintes enregistrées contre des policiers. Les parquets ou le Comité P par exemple sont d'autres lieux où le citoyen peut déposer plainte.

L'Inspection générale de la police peut être saisie d'une plainte par un citoyen mais aussi par un service de police ou par des policiers qui dénoncent des comportements au sein même de leur service. En 2020, quelque 919 enquêtes individuelles ont été menées, contre 830 en 2019, soit une hausse de 11%. Ce sont surtout les dossiers administratifs qui ont connu la plus forte progression (+75%, de 277 à 485). "Cette augmentation notable s'explique principalement par le renouvellement et la simplification du formulaire de plainte en ligne sur le site de l'IAG, mais aussi en partie par une augmentation des plaintes contre les policiers dans le contexte de la pandémie Covid", précise le rapport évoqué vendredi dans les journaux du groupe Sudpresse. Dans le top 3 des plaintes judiciaires à l'encontre de policiers, on trouve des faits de coups et blessures volontaires (72 dossiers), des violations du secret professionnel (51) et des menaces (32). Ces chiffres ne reflètent cependant pas l'ensemble des plaintes enregistrées contre des policiers. Les parquets ou le Comité P par exemple sont d'autres lieux où le citoyen peut déposer plainte.