Et lorsqu'ils le font, ils le font en interprétant différemment la réglementation, ressort-il d'un rapport récent de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) que relaie samedi L'Echo.

"Tant la transparence de la part des opérateurs que la manière dont ils se servent du consentement de leurs abonnés laissent à désirer", écrit l'IBPT.

Les principaux manquements observés sont un manque de clarté concernant les données à traiter, une absence de demande explicite du consentement du client et de la possibilité de le retirer, ou encore l'absence de garantie du respect de la confidentialité quand un opérateur communique ces données à un tiers.

Le régulateur du secteur entend à présent étudier la manière d'améliorer la situation et prévoit d'effectuer un contrôle plus régulier de ces obligations.

Et lorsqu'ils le font, ils le font en interprétant différemment la réglementation, ressort-il d'un rapport récent de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) que relaie samedi L'Echo."Tant la transparence de la part des opérateurs que la manière dont ils se servent du consentement de leurs abonnés laissent à désirer", écrit l'IBPT.Les principaux manquements observés sont un manque de clarté concernant les données à traiter, une absence de demande explicite du consentement du client et de la possibilité de le retirer, ou encore l'absence de garantie du respect de la confidentialité quand un opérateur communique ces données à un tiers.Le régulateur du secteur entend à présent étudier la manière d'améliorer la situation et prévoit d'effectuer un contrôle plus régulier de ces obligations.