Dans leur lettre commune, ces opérateurs demandent que différents points soient abordés, lors de la première réunion, parmi lesquels la gestion des travaux exécutés par Infrabel et leur impact sur les opérateurs ferroviaires, la gestion des besoins de la capacité de l'infrastructure ou encore la gestion de la disponibilité de la capacité en cas de perturbations. Dans une réaction, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire indique ne pas avoir attendu ce courrier pour mettre en oeuvre ce mécanisme, qui découle de la transposition d'une réglementation européenne.

Le processus a débuté au début de l'année et une réunion formelle aura lieu le 25 novembre prochain avec tous les opérateurs ferroviaires pour aborder tous les points repris dans la lettre.

Des réunions de coordination ou de concertation ont toutefois déjà lieu avec certains opérateurs, assure-t-on chez Infrabel, qui déplore le procédé. L'entreprise ferroviaire a en effet reçu le courrier, qui "ressemble un peu à une mise en demeure", en même temps que la presse.