Plusieurs secteurs économiques "ont mal", a souligné le député MR Denis Ducarme, jeudi après-midi à la Chambre, en critiquant les récentes déclarations de Marc Raisière, patron de Belfius. "Et d'après les informations qui nous parviennent, les métiers de contact ne pourront toujours pas rouvrir demain", a-t-il ajouté. Ce faisant, l'ancien ministre libéral confirme ce que l'on pressentait, alors que le MR réclame depuis des semaines un geste pour les coiffeurs, les esthéticiens ou les tatoueurs.

Le Comité de concertation, qui se déroule vendredi, aura à son menu l'interdiction des voyages non-essentiels. Il ne devrait pas être question de décider d'assouplissements, du moins dans l'immédiat, ont laissé entendre de leur côté le Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), et le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (SP.A). Sur le mode: on ne va pas relâcher les mesures ici, alors que l'on referme les déplacements en Europe.

À la fin novembre, Frank Vandenbroucke avait déclaré qu'il n'y aurait d'assouplissement des mesures que lorsque le nombre de nouvelles infections serait inférieur à 800 par jour et que le nombre d'hospitalisations serait inférieur à 75 par jour pendant trois semaines. Nous en sommes encore loin.

La fédération des coiffeurs Febelhair et la Belgische Beauty Federatie (BBF), qui représente les esthéticiennes, estime ce jeudi que cette limite est "beaucoup trop stricte".

Plusieurs secteurs économiques "ont mal", a souligné le député MR Denis Ducarme, jeudi après-midi à la Chambre, en critiquant les récentes déclarations de Marc Raisière, patron de Belfius. "Et d'après les informations qui nous parviennent, les métiers de contact ne pourront toujours pas rouvrir demain", a-t-il ajouté. Ce faisant, l'ancien ministre libéral confirme ce que l'on pressentait, alors que le MR réclame depuis des semaines un geste pour les coiffeurs, les esthéticiens ou les tatoueurs.Le Comité de concertation, qui se déroule vendredi, aura à son menu l'interdiction des voyages non-essentiels. Il ne devrait pas être question de décider d'assouplissements, du moins dans l'immédiat, ont laissé entendre de leur côté le Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), et le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (SP.A). Sur le mode: on ne va pas relâcher les mesures ici, alors que l'on referme les déplacements en Europe.À la fin novembre, Frank Vandenbroucke avait déclaré qu'il n'y aurait d'assouplissement des mesures que lorsque le nombre de nouvelles infections serait inférieur à 800 par jour et que le nombre d'hospitalisations serait inférieur à 75 par jour pendant trois semaines. Nous en sommes encore loin. La fédération des coiffeurs Febelhair et la Belgische Beauty Federatie (BBF), qui représente les esthéticiennes, estime ce jeudi que cette limite est "beaucoup trop stricte".