Un écart qui ne s'explique pas seulement par le faible niveau de qualification de ce segment de la population, indique jeudi le quotidien l'Echo.

"Ce facteur mis à part, il subsiste un écart significativement plus élevé en Belgique", observe Cécile Thoreau, analyste à l'OCDE. En cause, les discriminations à l'embauche et le morcellement institutionnel des politiques d'intégration et d'accompagnement des demandeurs d'emploi. Ainsi, les Communautés sont compétentes pour la reconnaissance des diplômes alors que les Régions gèrent la formation professionnelle et la politique de diversité.

Le résultat est un taux de pauvreté trois fois supérieur chez les allochtones par rapport aux autochtones.