L'information, annoncée dimanche par le ministre flamand de la Santé Wouter Beke sur Twitter, apparaît dans la foire aux questions du site info-coronavirus.be.

Si la mesure de distanciation physique d'un mètre et demi devient de plus en plus difficile à tenir, admet la virologue Erika Vlieghe, l'objectif n'est pas que les enfants restent dormir chez leurs grands-parents, a nuancé le centre de crise.

Une garde sous conditions

  • Les grands-parents en question ne peuvent pas avoir plus de 65 ans
  • Ils ne doivent pas présenter de soucis de santé.
  • Ils doivent également faire partie de la bulle sociale élargie avec laquelle on peut désormais entrer en contact, c'est-à-dire les quatre personnes extérieures au foyer.
  • Les grands-parents ne peuvent pas non plus être membre du personnel soignant, a précisé M. Vlieghe, experte engagée dans la stratégie de sortie du confinement.
  • Enfin, les petits-enfants n'étaient pas censés passer la nuit chez leurs grands-parents, a tenu à ajouer le porte-parole du centre de crise, Yves Stevens

"Une bonne nouvelle pour de nombreuses famille et un soutien supplémentaire pour celles-ci", a tweeté Wouter Beke.

L'information, annoncée dimanche par le ministre flamand de la Santé Wouter Beke sur Twitter, apparaît dans la foire aux questions du site info-coronavirus.be. Si la mesure de distanciation physique d'un mètre et demi devient de plus en plus difficile à tenir, admet la virologue Erika Vlieghe, l'objectif n'est pas que les enfants restent dormir chez leurs grands-parents, a nuancé le centre de crise.Une garde sous conditions"Une bonne nouvelle pour de nombreuses famille et un soutien supplémentaire pour celles-ci", a tweeté Wouter Beke.