Est-ce le clap de fin qui va réduire les tensions au sein du PS bruxellois. Emir Kir, bourgmestre de Saint-Josse, a finalement émis un mea culpa. Il avait été critiqué pour avoir rencontré des représentants de l'extrême droite turque. Une procédure est en cours devant la Commission de vigilance du parti. Simone Susskind, ancienne députée PS, avait appelé sur levif.be à ce qu'Emir Kir quitte le parti. Si certains membres du PS bruxellois, comme Rachid Madrane, avait exprimé leur solidarité avec lui tout en parlant d'une erreur, d'autres comme Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, avait dénoncé cette rupture du cordon sanitaire.

Emir Kir a fini par s'excuser sur Twitter.

Cela sera-t-il suffisant pour que le PS soit indulgent à son égard ? Probablement, l'homme étant un gros faiseur de voix et son poste de député fédéral étant essentiel dans la quête actuelle d'une majorité gouvernementale. Certains relèvent toutefois le deux poids deux mesures avec Benoît Hons, échevin PS de Neupré exclu sans autre forme de procès du parti après ses propos irrévérencieux à l'égard des gens du voyage, alors qu'il s'était excusé.

Est-ce le clap de fin qui va réduire les tensions au sein du PS bruxellois. Emir Kir, bourgmestre de Saint-Josse, a finalement émis un mea culpa. Il avait été critiqué pour avoir rencontré des représentants de l'extrême droite turque. Une procédure est en cours devant la Commission de vigilance du parti. Simone Susskind, ancienne députée PS, avait appelé sur levif.be à ce qu'Emir Kir quitte le parti. Si certains membres du PS bruxellois, comme Rachid Madrane, avait exprimé leur solidarité avec lui tout en parlant d'une erreur, d'autres comme Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, avait dénoncé cette rupture du cordon sanitaire.Emir Kir a fini par s'excuser sur Twitter. Cela sera-t-il suffisant pour que le PS soit indulgent à son égard ? Probablement, l'homme étant un gros faiseur de voix et son poste de député fédéral étant essentiel dans la quête actuelle d'une majorité gouvernementale. Certains relèvent toutefois le deux poids deux mesures avec Benoît Hons, échevin PS de Neupré exclu sans autre forme de procès du parti après ses propos irrévérencieux à l'égard des gens du voyage, alors qu'il s'était excusé.