Les mêmes directives ont été données à l'inspection régionale de Mons et sont en préparation à Liège.

Etranglés par les budgets, les Douanes et Accises, qui ont rapporté à l'Etat 9,6 milliards d'euros de recettes en 2012, demandent donc au personnel extérieur de réduire les contrôles la nuit et les week-ends pour réduire des primes de 8 euros brut par heure les samedis et nuits, et de 16 euros brut le dimanche.

Pour des douaniers hennuyers, il s'agit d'un calcul "petit" et d'économies "de bout de chandelle" difficilement compréhensibles.

Des études internes démontrent en effet qu'un douanier rapporte à l'Etat la moyenne de 50.000 euros de recettes en six mois d'heures supplémentaires. "Il n'arrive jamais de rentrer bredouilles d'un service de nuit", affirme un douanier namurois dans la DH.

Cette nouvelle directive, même si elle prévoit de rares exceptions, est un motif de mécontentement supplémentaire pour le personnel. Le douanier interrogé dénonce les effets "dévastateurs" d'une politique qui ne peut, selon lui, qu'"encourager toutes les fraudes possibles et inimaginables", en particulier les fraudes de nuit et de week-end.

Les mêmes directives ont été données à l'inspection régionale de Mons et sont en préparation à Liège. Etranglés par les budgets, les Douanes et Accises, qui ont rapporté à l'Etat 9,6 milliards d'euros de recettes en 2012, demandent donc au personnel extérieur de réduire les contrôles la nuit et les week-ends pour réduire des primes de 8 euros brut par heure les samedis et nuits, et de 16 euros brut le dimanche. Pour des douaniers hennuyers, il s'agit d'un calcul "petit" et d'économies "de bout de chandelle" difficilement compréhensibles. Des études internes démontrent en effet qu'un douanier rapporte à l'Etat la moyenne de 50.000 euros de recettes en six mois d'heures supplémentaires. "Il n'arrive jamais de rentrer bredouilles d'un service de nuit", affirme un douanier namurois dans la DH. Cette nouvelle directive, même si elle prévoit de rares exceptions, est un motif de mécontentement supplémentaire pour le personnel. Le douanier interrogé dénonce les effets "dévastateurs" d'une politique qui ne peut, selon lui, qu'"encourager toutes les fraudes possibles et inimaginables", en particulier les fraudes de nuit et de week-end.