Les cyclistes qui circulent sans éclairage (irritant pour quatre automobilistes sur 10) et les piétons qui traversent sans regarder sont considérés comme particulièrement irritants par les automobilistes (34% des automobilistes interrogés avancent cet argument).

Autre source d'irritation, selon cette enquête: un cycliste ou un piéton sur trois est très souvent agacé par les automobilistes en train de téléphoner au volant, le stationnement sur la piste cyclable (36% des cyclistes interrogés le citent) ou le fait de ne pas laisser un piéton traverser sur un passage (mentionné par 35% des piétons sondés).

Les deux-roues s'irritent aussi de l'oubli du clignotant (34%).

Pour les piétons, les automobilistes qui roulent trop vite représentent également une source importante d'irritation (33%).

Or, rappelle Vias, tous ces comportements sont avant tout des infractions flagrantes. Le simple respect du code de la route est donc une première étape pour une meilleure compréhension mutuelle, estime l'Institut.

Il arrive aussi parfois que des tensions naissent entre usagers faibles. Pour les piétons, les plus grandes sources d'agacement sont les cyclistes qui roulent sur le trottoir, ceux qui ne cèdent pas la priorité aux piétons à un passage ou ceux qui n'utilisent pas leur sonnette. Quant aux cyclistes, ils sont irrités par les piétons qui traversent sans regarder, ceux qui traversent au rouge ou encore ceux distraits par leur GSM.

"En cette semaine de la courtoisie au volant, j'invite chacun à prendre le contre-pied de ces constats: sourions et engageons-nous pour la sécurité de tous sur la route", a réagi Georges Gilkinet, vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité, aux résultats de cette enquête.

Les cyclistes qui circulent sans éclairage (irritant pour quatre automobilistes sur 10) et les piétons qui traversent sans regarder sont considérés comme particulièrement irritants par les automobilistes (34% des automobilistes interrogés avancent cet argument).Autre source d'irritation, selon cette enquête: un cycliste ou un piéton sur trois est très souvent agacé par les automobilistes en train de téléphoner au volant, le stationnement sur la piste cyclable (36% des cyclistes interrogés le citent) ou le fait de ne pas laisser un piéton traverser sur un passage (mentionné par 35% des piétons sondés). Les deux-roues s'irritent aussi de l'oubli du clignotant (34%). Pour les piétons, les automobilistes qui roulent trop vite représentent également une source importante d'irritation (33%). Or, rappelle Vias, tous ces comportements sont avant tout des infractions flagrantes. Le simple respect du code de la route est donc une première étape pour une meilleure compréhension mutuelle, estime l'Institut. Il arrive aussi parfois que des tensions naissent entre usagers faibles. Pour les piétons, les plus grandes sources d'agacement sont les cyclistes qui roulent sur le trottoir, ceux qui ne cèdent pas la priorité aux piétons à un passage ou ceux qui n'utilisent pas leur sonnette. Quant aux cyclistes, ils sont irrités par les piétons qui traversent sans regarder, ceux qui traversent au rouge ou encore ceux distraits par leur GSM. "En cette semaine de la courtoisie au volant, j'invite chacun à prendre le contre-pied de ces constats: sourions et engageons-nous pour la sécurité de tous sur la route", a réagi Georges Gilkinet, vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité, aux résultats de cette enquête.