La CERT (Computer Emergency Response Team) du Centre a reçu cette année pas moins de 4.484 déclarations de cyberattaques, contre 1.600 l'an dernier. "La majeure partie de ces attaques sont des tentatives de fraude, comme le phishing, la fraude au CEO (ou Business Email Compromise), le Microsoft Scam et le sextorsion scam", détaille la porte-parole du Centre pour la cybersécurité, Katrien Eggers. "Mais nous recevons également des déclarations de cyberattaques de type DDOS, comptes piratés, ransomware, etc."

"Cette année, la police fédérale a aussi reçu 40% de plaintes en plus", constate la Première ministre Sophie Wilmès. "Cette augmentation est importante et malgré tout, il ne s'agit que de la partie visible de l'iceberg. Car les entreprises ne déclarent pas systématiquement les cyberattaques dont elles sont la cible."

La CERT (Computer Emergency Response Team) du Centre a reçu cette année pas moins de 4.484 déclarations de cyberattaques, contre 1.600 l'an dernier. "La majeure partie de ces attaques sont des tentatives de fraude, comme le phishing, la fraude au CEO (ou Business Email Compromise), le Microsoft Scam et le sextorsion scam", détaille la porte-parole du Centre pour la cybersécurité, Katrien Eggers. "Mais nous recevons également des déclarations de cyberattaques de type DDOS, comptes piratés, ransomware, etc." "Cette année, la police fédérale a aussi reçu 40% de plaintes en plus", constate la Première ministre Sophie Wilmès. "Cette augmentation est importante et malgré tout, il ne s'agit que de la partie visible de l'iceberg. Car les entreprises ne déclarent pas systématiquement les cyberattaques dont elles sont la cible."