Avec les vacances, le débat sur les avantages et les travers d'Airbnb, la puissante plateforme de location de maisons et appartements, ne manquera pas de resurgir cet été. Faites comme chez vous (Chroniques Airbnb), de Nafissa Tiago (1), n'évoque qu'en filigrane la question de son impact sur le logement dans les villes touristiques. Mais ce récit des tribulations de l'autrice hôte d'une chambre de so...

Avec les vacances, le débat sur les avantages et les travers d'Airbnb, la puissante plateforme de location de maisons et appartements, ne manquera pas de resurgir cet été. Faites comme chez vous (Chroniques Airbnb), de Nafissa Tiago (1), n'évoque qu'en filigrane la question de son impact sur le logement dans les villes touristiques. Mais ce récit des tribulations de l'autrice hôte d'une chambre de son appartement, depuis les débuts de l'implantation en France de la société californienne, éclaire sur ses méthodes et son évolution, de l'économie collaborative à l'économie tout court.Enthousiaste à l'idée de participer à cette nouvelle aventure et motivée par un apport financier bienvenu, Nafissa Tiago se trouve vite confrontée aux surprises que lui réserve la personnalité des voyageurs: de belles découvertes mais aussi des expériences désagréables, voire dangereuses pour une femme seule obligée de "cohabiter" avec son ou ses invités dans le lit convertible du salon. Nafissa Tiago explique bien comment le commentaire du voyageur qui lui ferait une mauvaise publicité agit comme moyen de pression pour concéder beaucoup d'écarts aux règles. Mais un jour, elle craque et se laisse aller, dans une réponse, à fustiger l'attitude des mâles indiens - à l'inverse, les visiteurs belges, eux, sont tous décrits comme "charmants", mais c'est là aussi une forme d'amalgame. Elle se voit donc exclue de la plateforme pour discrimination raciste. Et ce n'est qu'après moult démarches et actes de contrition auprès de l'administration de la société qu'elle est réintégrée. Son parcours illustre comment Airbnb s'est professionnalisée, perdant de la sorte un peu de son esprit originel où "chaque être humain se sentirait libre partout dans le monde". Cela n'empêche pas Nafissa Tiago d'être restée une addict de la rencontre via Airbnb.