Les syndicalistes qui rejoignent la capitale en train mardi paient 12 ou 14 euros pour leur billet aller-retour, en fonction de la distance. Pour bénéficier de ce tarif réduit, ils doivent soumettre un code spécial qu'ils ont reçu des syndicats.

La N-VA et l'Open VLD estiment que l'entreprise publique qu'est la SNCB soutient une manifestation contre le gouvernement fédéral. "C'est effarant", a déclaré la députée N-VA, Inez De Coninck. "La SNCB facilite une manifestation contre son seul actionnaire : l'Etat belge."

Ce n'est plus justifiable

C'était également le cas lors de manifestations précédentes, mais la libérale flamande Sabien Lahaye-Battheu trouve que les tarifs réduits "ne sont plus justifiables".

"Les gens sont libres de faire la grève ou de manifester, mais ce n'est pas le but de leur donner un traitement préférentiel. Certainement de la part d'une entreprise dont l'Etat est le seul actionnaire."

"Les prix sont analogues à des tarifs de groupe. Si on n'avait pas cet accord spécial avec les syndicats, les militants opteraient pour ce tarif de groupe", a réagi le porte-parole de la SNCB Dimitri Temmerman. (Belga/TE)

Les syndicalistes qui rejoignent la capitale en train mardi paient 12 ou 14 euros pour leur billet aller-retour, en fonction de la distance. Pour bénéficier de ce tarif réduit, ils doivent soumettre un code spécial qu'ils ont reçu des syndicats. La N-VA et l'Open VLD estiment que l'entreprise publique qu'est la SNCB soutient une manifestation contre le gouvernement fédéral. "C'est effarant", a déclaré la députée N-VA, Inez De Coninck. "La SNCB facilite une manifestation contre son seul actionnaire : l'Etat belge."Ce n'est plus justifiable C'était également le cas lors de manifestations précédentes, mais la libérale flamande Sabien Lahaye-Battheu trouve que les tarifs réduits "ne sont plus justifiables". "Les gens sont libres de faire la grève ou de manifester, mais ce n'est pas le but de leur donner un traitement préférentiel. Certainement de la part d'une entreprise dont l'Etat est le seul actionnaire.""Les prix sont analogues à des tarifs de groupe. Si on n'avait pas cet accord spécial avec les syndicats, les militants opteraient pour ce tarif de groupe", a réagi le porte-parole de la SNCB Dimitri Temmerman. (Belga/TE)