Une tendance "compréhensible" selon l'épidémiologiste, qui souligne néanmoins qu'une augmentation des contacts sociaux, combinée à la variante britannique plus contagieuse, suffit à faire renforcer la chaîne de transmission du virus.

Si la mobilité en Belgique a fortement diminué pendant les vacances d'automne (Toussaint), de Pentecôte et d'hiver (Noël), ce fut moins le cas pour le congé de détente (Carnaval) et le premier week-end des vacances de printemps (Pâques). Cette reprise est allée de pair avec la réouverture d'un certain nombre de structures ainsi qu'avec quelques week-ends ensoleillés faisant suite à une période de froid prolongée.

Le constat est similaire concernant les déplacements vers le lieu de travail. Au cours de la période précédant le congé de détente, 25% de personnes en moins se sont rendues à leur travail. Pendant la période entre le congé de détente et les vacances de printemps, ce chiffre était de -20%. Il y a donc eu une légère reprise du nombre de personnes qui se déplaçaient pour aller au travail.

La mobilité des Belges a cependant globalement recommencé à diminuer depuis le lundi de Pâques, a fait savoir M. Van Laethem, précisant que cette période était accompagnée d'une météo peu agréable.

"S'il s'agit de la deuxième année pendant laquelle les circonstances limitent fortement le contenu social, affectif et de partage qu'il recèle", l'épidémiologiste a également souhaité à la communauté musulmane "de passer le meilleur ramadan possible". Cette période de jeûne débute ce mardi.

Une tendance "compréhensible" selon l'épidémiologiste, qui souligne néanmoins qu'une augmentation des contacts sociaux, combinée à la variante britannique plus contagieuse, suffit à faire renforcer la chaîne de transmission du virus.Si la mobilité en Belgique a fortement diminué pendant les vacances d'automne (Toussaint), de Pentecôte et d'hiver (Noël), ce fut moins le cas pour le congé de détente (Carnaval) et le premier week-end des vacances de printemps (Pâques). Cette reprise est allée de pair avec la réouverture d'un certain nombre de structures ainsi qu'avec quelques week-ends ensoleillés faisant suite à une période de froid prolongée. Le constat est similaire concernant les déplacements vers le lieu de travail. Au cours de la période précédant le congé de détente, 25% de personnes en moins se sont rendues à leur travail. Pendant la période entre le congé de détente et les vacances de printemps, ce chiffre était de -20%. Il y a donc eu une légère reprise du nombre de personnes qui se déplaçaient pour aller au travail. La mobilité des Belges a cependant globalement recommencé à diminuer depuis le lundi de Pâques, a fait savoir M. Van Laethem, précisant que cette période était accompagnée d'une météo peu agréable. "S'il s'agit de la deuxième année pendant laquelle les circonstances limitent fortement le contenu social, affectif et de partage qu'il recèle", l'épidémiologiste a également souhaité à la communauté musulmane "de passer le meilleur ramadan possible". Cette période de jeûne débute ce mardi.