Feu, contre-feu: c'est devenu le letimotiv de la communication politique en Belgique et ailleurs. Lorsqu'une information abîme l'image d'un parti, il est devenu la norme d'attaquer sur un autre dossier ou de revenir aux éléments de communication "basiques".
...

Feu, contre-feu: c'est devenu le letimotiv de la communication politique en Belgique et ailleurs. Lorsqu'une information abîme l'image d'un parti, il est devenu la norme d'attaquer sur un autre dossier ou de revenir aux éléments de communication "basiques". Une nouvelle démonstration de ce nouvel adage concerne le MR, suite à la participation controversée d'un de ses élus communaux à La Boum 2, ce rassemblement interdit contre les mesures Covid, au Bois de La Cambre le week-end dernier.Georges-Louis Bouchez, président du MR, s'est très rapidement désolidarisé de l'attitude de Julien Reintjens, conseiller communal MR à Châtelet, en le menaçant d'exclusion du parti. Torse nu, avec un hache, tel un viking trumpien, celui-ci avait annoncé sa venue à Bruxelles en affirmant vouloir "casser du casque". Ce mercredi matin, cet élu local se justifie dans les colonnes de la DH."Même si j'ai pu faire le show sur les réseaux sociaux, je ne suis pas pour la violence, explique-t-il. Oui, je suis bien allé à Bruxelles, mais pas dans le but d'en découdre avec la police. Personne ne montre que j'ai ramassé des petits jeunes qui allaient se faire piétiner."Julien Reintjens explique aussi pourquoi il n'a plus confiance en la police: "Quand vous entendez dans un commissariat qu'on va se mettre en route pour aller casser les couilles des barakis de Châtelet ou de Charleroi, c'est trop, je n'y crois plus. D'où ma rage!" Feu, contre-feu. Le MR est prompt à réagir à une information figurant dans les colonnes de plusieurs journaux, ce mercredi matin. Un policier en civil a été lynché par un groupe de 30 à 40 jeunes, lundi soir, vers 18h45, square Jacques Franck à Saint-Gilles, alors qu'il n'était pas en service, selon une porte-parole de la police de Bruxelles-Midi (Forest, Saint-Gilles et Anderlecht). La victime est en incapacité de travail durant sept jours."A nouveau l'oeuvre de racailles!, fustige Georges-Louis Bouchez, président du MR, avec ces accents sarkozistes qu'il utilise de plus en plus souvent Le MR a déposé des propositions pour durcir lourdement les sanctions contre ceux qui s'en prennent à celles et ceux qui nous protègent. Il est urgent de passer à l'action désormais!"L'attiude de l'élu communal de Châtelet, faut-il le dire, va à l'encontre de la ligne du parti.