"Cela ne correspond au mode opératoire de l'EI, et je les suis depuis des années. Cette rhétorique ne s'inscrit pas dans l'ensemble", estime M. Van Ostaeyen. "Je ne peux pas imaginer que quelqu'un avec une telle fonction au sein de l'EI va d'un coup déclarer 'cela s'est passé comme ça' et expliquer qu'il a vendu son chapeau, je n'y crois pas une minute." Il pense qu'il s'agit d'une couverture destinée à protéger le reste du réseau.

Mohamed Abrini, arrêté vendredi à Anderlecht, a déclaré samedi aux enquêteurs être l'"homme au chapeau", soit le troisième membre du commando ayant attaqué l'aéroport de Bruxelles le 22 mars, selon le parquet fédéral. Mohamed Abrini était également recherché pour son rôle dans la préparation des attentats de Paris du 13 novembre.

Lire aussi: Mohamed Abrini est bien l'"homme au chapeau"