Les 100.000 masques distribués la semaine dernière par le gouvernement flamand dans les hôpitaux de revalidation et qui n'étaient pas adaptés pour les soins directs aux patients atteints du Covid-19 ont tous été rappelés, a confirmé mardi soir Joris Moonen, de l'Agence flamande pour les soins et la santé. "Ils ne répondent pas à la qualité industrielle FFP3 promise par le fournisseur. Nous allons également en discuter avec ce dernier et récupérer l'argent de l'achat", a précise M. Moonen. Plus tôt dans la journée, il a semblé que les masques pouvaient être utilisés par le reste du personnel soignant.

De Tijd révélait mardi avoir consulté un échange de courriels entre les hôpitaux en question et l'agence flamande. Il en ressortait que les masques reçus n'étaient pas de bonne qualité et n'étaient pas certifiés. Ils ont été produits à destination de l'industrie et non du secteur des soins de santé. "Ces masques buccaux ont été commandés au moment où il y avait une pénurie en Belgique. Nous les avons commandés à divers fournisseurs", a rétorqué M. Moonen. "Nous savions d'avance qu'il s'agissait de masques industriels, qui ne convenaient pas aux applications médicales. Le personnel soignant qui entre directement en contact avec les patients atteints de Covid-19 ne peut pas les utiliser."

Joris Moonen soulignait alors qu'ils pouvaient être utilisés par d'autres soignants. "Des infirmiers qui ont été malades par exemple et qui reviennent après guérison. Avec ces masques industriels, ils peuvent retravailler en toute sécurité." Mardi soir, Joris Moonen a donc annoncé que tous les masques inadaptés seraient rappelés.

Les 100.000 masques distribués la semaine dernière par le gouvernement flamand dans les hôpitaux de revalidation et qui n'étaient pas adaptés pour les soins directs aux patients atteints du Covid-19 ont tous été rappelés, a confirmé mardi soir Joris Moonen, de l'Agence flamande pour les soins et la santé. "Ils ne répondent pas à la qualité industrielle FFP3 promise par le fournisseur. Nous allons également en discuter avec ce dernier et récupérer l'argent de l'achat", a précise M. Moonen. Plus tôt dans la journée, il a semblé que les masques pouvaient être utilisés par le reste du personnel soignant.De Tijd révélait mardi avoir consulté un échange de courriels entre les hôpitaux en question et l'agence flamande. Il en ressortait que les masques reçus n'étaient pas de bonne qualité et n'étaient pas certifiés. Ils ont été produits à destination de l'industrie et non du secteur des soins de santé. "Ces masques buccaux ont été commandés au moment où il y avait une pénurie en Belgique. Nous les avons commandés à divers fournisseurs", a rétorqué M. Moonen. "Nous savions d'avance qu'il s'agissait de masques industriels, qui ne convenaient pas aux applications médicales. Le personnel soignant qui entre directement en contact avec les patients atteints de Covid-19 ne peut pas les utiliser." Joris Moonen soulignait alors qu'ils pouvaient être utilisés par d'autres soignants. "Des infirmiers qui ont été malades par exemple et qui reviennent après guérison. Avec ces masques industriels, ils peuvent retravailler en toute sécurité." Mardi soir, Joris Moonen a donc annoncé que tous les masques inadaptés seraient rappelés.