Le mois dernier, Francesco Vanderjeugd a lancé sa candidature comme président de l'Open VLD. Il n'est pas d'accord avec bon nombre des décisions prises par Gwendolyn Rutten. En particulier l'annonce qu'elle avait fait - dès le soir des élections - qu'il ne pouvait être question de coopérer avec le Vlaams Belang. Vanderjeugd pense qu'on n'aurait pas dû, d'entrée de jeu, rejeter toutes formes de discussions, bien qu'il concède que son parti diverge sur différents points avec le VB. "J'ai lu leur programme", dit-il, "et on remarque, par exemple que ce parti a une idée précise du rôle de la femme: elle doit rester derrière les fourneaux. Dans leur texte on ne voit que des "lui" à longueur de texte, jamais de "lui ou elle."
...