En Wallonie et à Bruxelles, le phénomène est relativement récent. Du côté flamand, plus d'1 utilisateur sur 3 roule à vélo électrique depuis plus de 3 ans. Au sud du pays, c'est vraisemblablement la crise du Covid qui a accéléré les ventes.

Le vélo électrique connaît cet engouement, notamment grâce à la diversification des modèles sur le marché. Le "traditionnel" reste le plus prisé, mais la nouvelle enquête de l'Institut VIAS montre d'importantes différences selon les régions. Le vélo pliant connaît un énorme succès à Bruxelles et en Wallonie, mais nettement moins en Flandre (80% des utilisateurs ont un vélo électrique traditionnel). De même pour les vélos cargo, ces vélos avec une caisse à l'avant permettant de transporter des charges importantes, notamment des enfants. Les Wallons sont friands de VTT électrique alors qu'ils sont quasiment absents du marché bruxellois et flamand.

Un Belge sur trois utilise le vélo électrique pour se rendre au travail. À Bruxelles, cette part est plus importante. Plus d'un Wallon et un Flamand sur trois parcourent plus de 50km par semaine, contre un Bruxellois sur 10.

Et les dangers ?

Les cyclistes flamands roulent plus vite que le reste du pays. Pourtant, le casque est deux fois plus populaire en Wallonie qu'en Flandre. Dans le sud du pays, plus de deux utilisateurs sur trois indiquent porter un casque quotidiennement, contre un sur trois en Flandre.

Les cyclistes flamands se sentent plus en sécurité sur la route que les Wallons. Et pour cause : il y a proportionnellement trois fois plus d'accidents en Wallonie qu'en Flandre. À Bruxelles, 24% des utilisateurs ont déjà vécu un accident. Les accidents incluent plus souvent d'autres cyclistes ou piétons (44%) que des automobilistes (44%).

Un cycliste sur trois a déjà chuté. Mais en Wallonie, ils sont 46% contre 26% en Flandre.

L'essor du vélo électrique est une bonne chose pour plein d'aspects : la mobilité, l'environnement, le bien-être. Cependant, la multiplication des utilisateurs correspond également à la multiplication des accidents. Les cyclistes sont des usagers de la route vulnérables.

Georges Gilkinet, ministre fédéral de la Mobilité a annoncé la création du 1er plan fédéral d'action pour le vélo "Be Cyclist", qui a pour but d'accompagner ce changement d'habitude. Le plan comprend 52 mesures qui s'articulent autour de 3 points : faciliter la pratique du vélo par plus de personnes, renforcer la sécurité et le confort des cyclistes grâce à de meilleures infrastructures et rendre le choix du vélo incontournable.

Ce plan permettra, à terme, de réduire les gaz à effets de serre ( -55% d'ici à 2030) mais également diminuer les embouteillages, qui coûtent actuellement 2,3 milliards par an.

En Wallonie et à Bruxelles, le phénomène est relativement récent. Du côté flamand, plus d'1 utilisateur sur 3 roule à vélo électrique depuis plus de 3 ans. Au sud du pays, c'est vraisemblablement la crise du Covid qui a accéléré les ventes.Le vélo électrique connaît cet engouement, notamment grâce à la diversification des modèles sur le marché. Le "traditionnel" reste le plus prisé, mais la nouvelle enquête de l'Institut VIAS montre d'importantes différences selon les régions. Le vélo pliant connaît un énorme succès à Bruxelles et en Wallonie, mais nettement moins en Flandre (80% des utilisateurs ont un vélo électrique traditionnel). De même pour les vélos cargo, ces vélos avec une caisse à l'avant permettant de transporter des charges importantes, notamment des enfants. Les Wallons sont friands de VTT électrique alors qu'ils sont quasiment absents du marché bruxellois et flamand.Un Belge sur trois utilise le vélo électrique pour se rendre au travail. À Bruxelles, cette part est plus importante. Plus d'un Wallon et un Flamand sur trois parcourent plus de 50km par semaine, contre un Bruxellois sur 10.Et les dangers ?Les cyclistes flamands roulent plus vite que le reste du pays. Pourtant, le casque est deux fois plus populaire en Wallonie qu'en Flandre. Dans le sud du pays, plus de deux utilisateurs sur trois indiquent porter un casque quotidiennement, contre un sur trois en Flandre.Les cyclistes flamands se sentent plus en sécurité sur la route que les Wallons. Et pour cause : il y a proportionnellement trois fois plus d'accidents en Wallonie qu'en Flandre. À Bruxelles, 24% des utilisateurs ont déjà vécu un accident. Les accidents incluent plus souvent d'autres cyclistes ou piétons (44%) que des automobilistes (44%).Un cycliste sur trois a déjà chuté. Mais en Wallonie, ils sont 46% contre 26% en Flandre.L'essor du vélo électrique est une bonne chose pour plein d'aspects : la mobilité, l'environnement, le bien-être. Cependant, la multiplication des utilisateurs correspond également à la multiplication des accidents. Les cyclistes sont des usagers de la route vulnérables.Georges Gilkinet, ministre fédéral de la Mobilité a annoncé la création du 1er plan fédéral d'action pour le vélo "Be Cyclist", qui a pour but d'accompagner ce changement d'habitude. Le plan comprend 52 mesures qui s'articulent autour de 3 points : faciliter la pratique du vélo par plus de personnes, renforcer la sécurité et le confort des cyclistes grâce à de meilleures infrastructures et rendre le choix du vélo incontournable.Ce plan permettra, à terme, de réduire les gaz à effets de serre ( -55% d'ici à 2030) mais également diminuer les embouteillages, qui coûtent actuellement 2,3 milliards par an.