C'est que la bonne nouvelle que Johan Van Overtveldt (N-VA) tient à annoncer à ses "chers contribuables" est de taille : "Le fameux tax-shift, la réforme fiscale la plus importante de ces dernières décennies" (sic), est a...

C'est que la bonne nouvelle que Johan Van Overtveldt (N-VA) tient à annoncer à ses "chers contribuables" est de taille : "Le fameux tax-shift, la réforme fiscale la plus importante de ces dernières décennies" (sic), est arrivé. Petite leçon de pédagogie non dénuée de prétention, administrée à l'occasion en caractères gras pour que cela rentre bien dans les crânes : moins d'impôts pour les travailleurs et moins de charges pour les entreprises, c'est "davantage d'emplois ainsi créés", bien nécessaires pour "pouvoir continuer à financer les coûts à la hausse de nos pensions et de nos soins de santé." Certes, ces cadeaux fiscaux ont un coût mais qu'à cela ne tienne, "le financement provient d'autres revenus, moins dommageables pour la croissance, tels que les impôts sur le capital, sur la consommation, l'éco-fiscalité, et les économies réalisées au sein des pouvoirs publics." Van Overtveldt sait faire taire les incorrigibles sceptiques : "La réduction d'impôt a été appliquée immédiatement, par un salaire mensuel net plus élevé sur la fiche de paie." Attaquable en cas de publicité mensongère ?