C'est moins qu'en 2019, quand 90,49% des élèves avaient obtenu le certificat. L'année passée, l'épreuve avait été annulée en raison de la fermeture des écoles liées à la crise sanitaire.

Cette année, les élèves qui ont décroché leur CEB ont obtenu une moyenne de 78,14% en français (70,98% en 2019), de 71,52% en mathématiques (74,47% en 2019) et de 76,06% en éveil - histoire, géographie et science (76,18% en 2019).

"Tout en gardant l'épreuve prévue pour 2020 - malgré quelques adaptations avec notamment une correction assurée dans les écoles par les enseignants, ndlr - le taux de réussite est seulement de 2% plus faible qu'en 2019 et ce malgré les conditions particulières subies par les élèves et les équipes éducatives", analyse ce mardi la FWB.

"La discipline la moins bien réussie est mathématiques et c'est en grandeurs que le score est le plus faible. Dans ce même contexte, ce taux de réussite inférieur est compréhensible. Le domaine des grandeurs est, par définition, le plus discriminatoire pour les élèves. Il nécessite un maximum de temps de manipulations, de concrétisations au niveau des apprentissages. Si les enseignants ont disposé de moins de temps en présence de leurs élèves, il est compréhensible que cet aspect soit parfois demeuré moins envisagé", ajoute-t-elle.

Au contraire, la discipline la mieux réussie est le français. "Ceci pourrait, à titre d'hypothèse, être en partie expliqué par l'annonce, en février, que la production écrite porterait sur une lettre, un choix qui visait à rassurer les enseignants et leurs élèves", souligne encore la FWB.

Selon cette dernière, le Service général de l'Inspection et la Direction des Standards éducatifs et des Évaluations de la Direction générale du Pilotage du Système éducatif procéderont durant les prochaines semaines à l'analyse détaillée des résultats d'un échantillon d'élèves.

C'est moins qu'en 2019, quand 90,49% des élèves avaient obtenu le certificat. L'année passée, l'épreuve avait été annulée en raison de la fermeture des écoles liées à la crise sanitaire. Cette année, les élèves qui ont décroché leur CEB ont obtenu une moyenne de 78,14% en français (70,98% en 2019), de 71,52% en mathématiques (74,47% en 2019) et de 76,06% en éveil - histoire, géographie et science (76,18% en 2019). "Tout en gardant l'épreuve prévue pour 2020 - malgré quelques adaptations avec notamment une correction assurée dans les écoles par les enseignants, ndlr - le taux de réussite est seulement de 2% plus faible qu'en 2019 et ce malgré les conditions particulières subies par les élèves et les équipes éducatives", analyse ce mardi la FWB. "La discipline la moins bien réussie est mathématiques et c'est en grandeurs que le score est le plus faible. Dans ce même contexte, ce taux de réussite inférieur est compréhensible. Le domaine des grandeurs est, par définition, le plus discriminatoire pour les élèves. Il nécessite un maximum de temps de manipulations, de concrétisations au niveau des apprentissages. Si les enseignants ont disposé de moins de temps en présence de leurs élèves, il est compréhensible que cet aspect soit parfois demeuré moins envisagé", ajoute-t-elle. Au contraire, la discipline la mieux réussie est le français. "Ceci pourrait, à titre d'hypothèse, être en partie expliqué par l'annonce, en février, que la production écrite porterait sur une lettre, un choix qui visait à rassurer les enseignants et leurs élèves", souligne encore la FWB. Selon cette dernière, le Service général de l'Inspection et la Direction des Standards éducatifs et des Évaluations de la Direction générale du Pilotage du Système éducatif procéderont durant les prochaines semaines à l'analyse détaillée des résultats d'un échantillon d'élèves.