"Cette fête nationale est d'abord l'occasion de remercier les gardiens de nos vies: en premier lieu le personnel soignant et les services de sécurité et de protection civile et tous ceux qui ont contribué à notre vivre-ensemble au cours de cette période difficile", a-t-il affirmé lors d'une brève allocution.

"Nous ne pouvons malheureusement pas mettre à l'honneur l'armée par son défilé traditionnel, mais je tiens à la remercier pour sa contribution efficace à la gestion de la crise", a ajouté le souverain devant quelque 200 invités, soit dix fois moins qu'habituellement.

"Cette fête nationale 2020 marque une page de notre histoire. En même temps, nous nous souvenons qu'il y a 75 ans, la libération mettait fin à la Deuxième Guerre mondiale. Et nous saluons ceux qui ont combattu et risqué, souvent sacrifié, leurs vies pour nous", a ajouté le Roi.

"Ce que les invités d'aujourd'hui sur la Place des Palais ont en commun, est qu'ils ont tout donné, qu'ils se sont surpassés", a-t-il souligné.

"Nous vous saluons tous, vous qui vous êtes mobilisés pour notre Fête nationale. En premier lieu les artistes, qui nous avez tant manqués pendant la crise. Parce que vous nous interpellez, nous ouvrez à la différence et nous élevez à plus grand que nous. Merci à vous tous qui êtes présents ici ou animez des événements en province. Grâce à la technologie, c'est le pays tout entier qui se joint à nous sur cette Place des Palais", a ajouté le roi Philippe.

Selon lui, "une nation se fonde sur la volonté de vivre ensemble". "Et aujourd'hui plus que jamais, ensemble, nous voulons vivre! Au cours des derniers mois, nous avons réalisé à quel point nous avons besoin de nous retrouver. La pandémie a fait un grand nombre de victimes. Leurs proches n'ont la plupart du temps pas pu leur dire dignement adieu. Je suis heureux que ce matin, nous ayons pu, avec tout le pays, leur rendre hommage", a encore dit le souverain.

Il a souligné que "la pandémie est loin d'être maîtrisée". "Restons donc - et là je m'adresse en particulier aux jeunes - très prudents, et continuons à nous comporter de façon responsable", a-t-il affirmé.

Des anciens combattants ont dans la foulée remis à des jeunes des trois Régions du pays une charte, qui, selon le chef de l'État, "symbolise la transmission de nos valeurs d'une génération à l'autre. De cette façon nous construisons sur ce que nos parents nous ont légué".

"Cette fête nationale est d'abord l'occasion de remercier les gardiens de nos vies: en premier lieu le personnel soignant et les services de sécurité et de protection civile et tous ceux qui ont contribué à notre vivre-ensemble au cours de cette période difficile", a-t-il affirmé lors d'une brève allocution. "Nous ne pouvons malheureusement pas mettre à l'honneur l'armée par son défilé traditionnel, mais je tiens à la remercier pour sa contribution efficace à la gestion de la crise", a ajouté le souverain devant quelque 200 invités, soit dix fois moins qu'habituellement. "Cette fête nationale 2020 marque une page de notre histoire. En même temps, nous nous souvenons qu'il y a 75 ans, la libération mettait fin à la Deuxième Guerre mondiale. Et nous saluons ceux qui ont combattu et risqué, souvent sacrifié, leurs vies pour nous", a ajouté le Roi. "Ce que les invités d'aujourd'hui sur la Place des Palais ont en commun, est qu'ils ont tout donné, qu'ils se sont surpassés", a-t-il souligné. "Nous vous saluons tous, vous qui vous êtes mobilisés pour notre Fête nationale. En premier lieu les artistes, qui nous avez tant manqués pendant la crise. Parce que vous nous interpellez, nous ouvrez à la différence et nous élevez à plus grand que nous. Merci à vous tous qui êtes présents ici ou animez des événements en province. Grâce à la technologie, c'est le pays tout entier qui se joint à nous sur cette Place des Palais", a ajouté le roi Philippe. Selon lui, "une nation se fonde sur la volonté de vivre ensemble". "Et aujourd'hui plus que jamais, ensemble, nous voulons vivre! Au cours des derniers mois, nous avons réalisé à quel point nous avons besoin de nous retrouver. La pandémie a fait un grand nombre de victimes. Leurs proches n'ont la plupart du temps pas pu leur dire dignement adieu. Je suis heureux que ce matin, nous ayons pu, avec tout le pays, leur rendre hommage", a encore dit le souverain. Il a souligné que "la pandémie est loin d'être maîtrisée". "Restons donc - et là je m'adresse en particulier aux jeunes - très prudents, et continuons à nous comporter de façon responsable", a-t-il affirmé. Des anciens combattants ont dans la foulée remis à des jeunes des trois Régions du pays une charte, qui, selon le chef de l'État, "symbolise la transmission de nos valeurs d'une génération à l'autre. De cette façon nous construisons sur ce que nos parents nous ont légué".