Lothar Klinges, le prêtre de la commune de Bütgenbach, est la cible de menaces depuis plusieurs semaines, et plus particulièrement depuis l'ouverture d'un centre Fedasil à Elsenborn, selon la Meuse Verviers.

Alors qu'en septembre dernier, le prête avait souhaité la bienvenue aux migrants dans le bulletin paroissial, la porte d'entrée et une fenêtre du presbytère avaient été maculées de peinture rouge. "On aussi collé une affiche 'nous ne voulons pas un prêtre qui soutient les terroristes'", confie-t-il. Outre d'autres dégradations, comme la gravure "Lothar est un terroriste" apparue sur la porte de la chapelle des morts à l'arrière de l'église, le prêtre est également victime d'attaques verbales.

Du côté de la police de la zone de l'Eifel, on confirme qu'une plainte a été déposée dans le cadre de ce dossier.

Lothar Klinges, le prêtre de la commune de Bütgenbach, est la cible de menaces depuis plusieurs semaines, et plus particulièrement depuis l'ouverture d'un centre Fedasil à Elsenborn, selon la Meuse Verviers. Alors qu'en septembre dernier, le prête avait souhaité la bienvenue aux migrants dans le bulletin paroissial, la porte d'entrée et une fenêtre du presbytère avaient été maculées de peinture rouge. "On aussi collé une affiche 'nous ne voulons pas un prêtre qui soutient les terroristes'", confie-t-il. Outre d'autres dégradations, comme la gravure "Lothar est un terroriste" apparue sur la porte de la chapelle des morts à l'arrière de l'église, le prêtre est également victime d'attaques verbales. Du côté de la police de la zone de l'Eifel, on confirme qu'une plainte a été déposée dans le cadre de ce dossier.