"Le président du Comité R apprend que le rapport qu'il a envoyé à la Commission permanente de contrôle des Comités P et R de la Chambre a presque immédiatement été divulgué à la presse. Il le regrette profondément et condamne, sans le ou les connaître, le ou les auteurs de la fuite. Il se réserve le droit de déposer plainte contre X avec constitution de partie civile", a-t-il fait savoir par voie de communiqué.

Serge Lipszyc ajoute que "respectueux pour sa part, du processus entamé par la Chambre des représentants", il ne se livrera à "aucun commentaire de son rapport avant la réunion de la Commission de la Chambre, ce lundi 8 novembre à 14h00".

Dans un rapport complémentaire demandé par la commission de suivi, qu'a pu lire l'agence Belga, le président du comité R confirme la menace d'extrême droite qui pèse sur les institutions tout en soulignant l'impossibilité légale d'informer à ce stade concrètement les parlementaires, non pourvus de l'habilitation de sécurité les autorisant à prendre connaissance de documents classifiés. Le rapport rappelle toutefois les nombreux éléments permettant d'étayer cette menace.

"Le président du Comité R apprend que le rapport qu'il a envoyé à la Commission permanente de contrôle des Comités P et R de la Chambre a presque immédiatement été divulgué à la presse. Il le regrette profondément et condamne, sans le ou les connaître, le ou les auteurs de la fuite. Il se réserve le droit de déposer plainte contre X avec constitution de partie civile", a-t-il fait savoir par voie de communiqué. Serge Lipszyc ajoute que "respectueux pour sa part, du processus entamé par la Chambre des représentants", il ne se livrera à "aucun commentaire de son rapport avant la réunion de la Commission de la Chambre, ce lundi 8 novembre à 14h00". Dans un rapport complémentaire demandé par la commission de suivi, qu'a pu lire l'agence Belga, le président du comité R confirme la menace d'extrême droite qui pèse sur les institutions tout en soulignant l'impossibilité légale d'informer à ce stade concrètement les parlementaires, non pourvus de l'habilitation de sécurité les autorisant à prendre connaissance de documents classifiés. Le rapport rappelle toutefois les nombreux éléments permettant d'étayer cette menace.