Ce contrat était indispensable pour faire la jonction avec le projet d'aménagement urbain Néo1, qui compte un centre commercial et des logements.

Thierry Meeùs, administrateur délégué de Mini-Europe, regrette l'important investissement en énergie et en moyens consentis pour viser cet objectif. "Mini-Europe avait proposé un plan d'investissement majeur dans le cadre Néo. Les circonstances actuelles et la crise du Covid-19 qui n'a entretemps épargné personne et qui a frappé durement l'entreprise ainsi que tout le secteur du tourisme - ont eu pour conséquence que Mini-Europe n'a d'autre choix que de devoir annoncer son intention de mettre un terme à son exploitation au 31 décembre 2020", explique-t-il.

L'annonce de fermeture a été communiquée au personnel mardi matin. Ce sont 80 personnes (30 équivalents temps plein) dont l'emploi est concerné. Certains employés sont présents depuis le début de l'aventure en 1989. En 31 ans d'existence, Mini-Europe a employé près de 2.300 personnes.

"Il est toujours regrettable de ne pas aboutir dans des négociations aussi longues et après d'autant d'efforts et ce d'autant plus quand des emplois sont en jeu", a réagi Denis Delforge, patron de Brussels Expo. "Les emplois ne devraient jamais être un moyen de pression ou servir de monnaie d'échange dans une négociation entre deux partenaires."

Le responsable laisse cependant entrevoir une issue pour le maintien du parc. "La porte de Brussels Expo est toujours ouverte et nos propositions tiennent toujours. Celles-ci sont constructives et raisonnables et visent à renforcer l'ancrage de Mini-Europe sur le plateau du Heysel en tentant compte du contexte actuel de la crise sanitaire", souligne-t-il.

Le parc restera ouvert normalement jusqu'au 31 décembre, en ce inclus pour la période de la fête Halloween, qui constitue un moment fort de la saison.

Au 31 décembre, le parc aura accueilli plus de 10 millions de visiteurs. Rien qu'en 2019, les reproductions de grands monuments européens ont attiré quelque 400.000 visiteurs.

La direction souligne que Mini-Europe a généré près d'un demi-milliard d'euros de retombées économiques pour la Région de Bruxelles-Capitale et plus de 9 millions d'euros en loyer et taxes auprès de la Ville de Bruxelles. Elle ajoute avoir largement participé au développement du tourisme dans la capitale, qui était quasiment inexistant à la fin des années 80.

Ce contrat était indispensable pour faire la jonction avec le projet d'aménagement urbain Néo1, qui compte un centre commercial et des logements. Thierry Meeùs, administrateur délégué de Mini-Europe, regrette l'important investissement en énergie et en moyens consentis pour viser cet objectif. "Mini-Europe avait proposé un plan d'investissement majeur dans le cadre Néo. Les circonstances actuelles et la crise du Covid-19 qui n'a entretemps épargné personne et qui a frappé durement l'entreprise ainsi que tout le secteur du tourisme - ont eu pour conséquence que Mini-Europe n'a d'autre choix que de devoir annoncer son intention de mettre un terme à son exploitation au 31 décembre 2020", explique-t-il. L'annonce de fermeture a été communiquée au personnel mardi matin. Ce sont 80 personnes (30 équivalents temps plein) dont l'emploi est concerné. Certains employés sont présents depuis le début de l'aventure en 1989. En 31 ans d'existence, Mini-Europe a employé près de 2.300 personnes. "Il est toujours regrettable de ne pas aboutir dans des négociations aussi longues et après d'autant d'efforts et ce d'autant plus quand des emplois sont en jeu", a réagi Denis Delforge, patron de Brussels Expo. "Les emplois ne devraient jamais être un moyen de pression ou servir de monnaie d'échange dans une négociation entre deux partenaires." Le responsable laisse cependant entrevoir une issue pour le maintien du parc. "La porte de Brussels Expo est toujours ouverte et nos propositions tiennent toujours. Celles-ci sont constructives et raisonnables et visent à renforcer l'ancrage de Mini-Europe sur le plateau du Heysel en tentant compte du contexte actuel de la crise sanitaire", souligne-t-il. Le parc restera ouvert normalement jusqu'au 31 décembre, en ce inclus pour la période de la fête Halloween, qui constitue un moment fort de la saison. Au 31 décembre, le parc aura accueilli plus de 10 millions de visiteurs. Rien qu'en 2019, les reproductions de grands monuments européens ont attiré quelque 400.000 visiteurs. La direction souligne que Mini-Europe a généré près d'un demi-milliard d'euros de retombées économiques pour la Région de Bruxelles-Capitale et plus de 9 millions d'euros en loyer et taxes auprès de la Ville de Bruxelles. Elle ajoute avoir largement participé au développement du tourisme dans la capitale, qui était quasiment inexistant à la fin des années 80.