Fin septembre, la Creg comptabilisait 18 fournisseurs d'électricité et 15 de gaz naturel pour les ménages et les petits consommateurs professionnels (indépendants et PME) flamands. En Wallonie, 14 fournisseurs d'électricité et 13 de gaz naturel ont été recensés, contre 10 proposant les deux services à Bruxelles.

Dans la capitale, les ménages n'ont toutefois le choix qu'entre 6 fournisseurs d'électricité et 5 de gaz naturel car les autres ne proposent leurs produits qu'aux petits consommateurs professionnels. Le marché bruxellois est plus restreint en raison des obligations de service public, notamment l'offre standard de contrats d'une durée de 3 ans et l'impossibilité de transférer les clients au gestionnaire de réseau de distribution en cas de problèmes de paiement. Cette situation peut entraîner des prix moins intéressants pour les particuliers, analyse la Creg.

Le nombre total de fournisseurs actifs en Belgique a d'ailleurs baissé pour la première fois en 2018 après l'arrivée de nouveaux acteurs ces dernières années. La commission de régulation attribue cette évolution à la poursuite du phénomène de consolidation qui avait commencé en 2016 avec l'acquisition de Lampiris par Total. Le groupe pétrolier a fait une nouvelle acquisition sur le marché de détail belge cette année en rachetant le fournisseur d'électricité français Direct Energie, actif en Belgique sous le nom Poweo.

Eneco Belgique est lui devenu propriétaire d'Eni Gas & Power en 2017 tandis que Belpower et Energy People ont cessé leurs activités cette année.

Les parts de marché des fournisseurs standard historiques sont d'ailleurs mises sous pression tandis que les nouveaux acteurs se font désormais concurrence, ajoute la Creg. Electrabel et Luminus, qui détenaient conjointement une part de marché d'environ 97% après la libéralisation du marché il y a plus de 10 ans, comptent actuellement ensemble 60 à 65% du marché en Flandre et en Wallonie, et 82% à Bruxelles.

Le monitoring constate également que les fournisseurs continuent à utiliser des paramètres de prix trimestriels liés à des cotations boursières pour l'électricité et le gaz naturel, malgré l'arrêt du mécanisme du filet de sécurité en janvier dernier. Les fournisseurs d'énergie sont libres d'adapter chaque mois leur offre d'électricité ou de gaz à prix variable mais seul Mega utilise un paramètre d'indexation mensuel.

L'augmentation des prix de l'énergie, surtout au dernier trimestre, aura par ailleurs un impact sur les factures finales des consommateurs avec un contrat à prix variable, poursuit la Creg. La commission de régulation souhaite aussi davantage simplifier les fiches tarifaires et les factures afin d'offrir des informations claires.

Fin septembre, la Creg comptabilisait 18 fournisseurs d'électricité et 15 de gaz naturel pour les ménages et les petits consommateurs professionnels (indépendants et PME) flamands. En Wallonie, 14 fournisseurs d'électricité et 13 de gaz naturel ont été recensés, contre 10 proposant les deux services à Bruxelles. Dans la capitale, les ménages n'ont toutefois le choix qu'entre 6 fournisseurs d'électricité et 5 de gaz naturel car les autres ne proposent leurs produits qu'aux petits consommateurs professionnels. Le marché bruxellois est plus restreint en raison des obligations de service public, notamment l'offre standard de contrats d'une durée de 3 ans et l'impossibilité de transférer les clients au gestionnaire de réseau de distribution en cas de problèmes de paiement. Cette situation peut entraîner des prix moins intéressants pour les particuliers, analyse la Creg. Le nombre total de fournisseurs actifs en Belgique a d'ailleurs baissé pour la première fois en 2018 après l'arrivée de nouveaux acteurs ces dernières années. La commission de régulation attribue cette évolution à la poursuite du phénomène de consolidation qui avait commencé en 2016 avec l'acquisition de Lampiris par Total. Le groupe pétrolier a fait une nouvelle acquisition sur le marché de détail belge cette année en rachetant le fournisseur d'électricité français Direct Energie, actif en Belgique sous le nom Poweo. Eneco Belgique est lui devenu propriétaire d'Eni Gas & Power en 2017 tandis que Belpower et Energy People ont cessé leurs activités cette année. Les parts de marché des fournisseurs standard historiques sont d'ailleurs mises sous pression tandis que les nouveaux acteurs se font désormais concurrence, ajoute la Creg. Electrabel et Luminus, qui détenaient conjointement une part de marché d'environ 97% après la libéralisation du marché il y a plus de 10 ans, comptent actuellement ensemble 60 à 65% du marché en Flandre et en Wallonie, et 82% à Bruxelles. Le monitoring constate également que les fournisseurs continuent à utiliser des paramètres de prix trimestriels liés à des cotations boursières pour l'électricité et le gaz naturel, malgré l'arrêt du mécanisme du filet de sécurité en janvier dernier. Les fournisseurs d'énergie sont libres d'adapter chaque mois leur offre d'électricité ou de gaz à prix variable mais seul Mega utilise un paramètre d'indexation mensuel. L'augmentation des prix de l'énergie, surtout au dernier trimestre, aura par ailleurs un impact sur les factures finales des consommateurs avec un contrat à prix variable, poursuit la Creg. La commission de régulation souhaite aussi davantage simplifier les fiches tarifaires et les factures afin d'offrir des informations claires.