"Outre le caractère peu courtois de la démarche, nous sommes contraints de nous rendre à l'évidence, ces démissionnaires qui freinaient l'ascension du MG, notamment, en empêchant la diffusion du programme écrit, amendé et voté par sa base citoyenne, vouaient un culte à la personnalité de Bernard Wesphael" (le député wallon inculpé pour l'assassinat de sa femme fin octobre à Ostende, NDLR), indiquent les cofondateurs du Mouvement de Gauche et responsables des arrondissements de La Louvière, d'Ath, de Liège, de Thuin, de Charleroi, du Luxembourg, de Dinant-Philippeville, de Mons et de Bruxelles dans un communiqué. "Ce programme était-il trop à gauche pour ces démissionnaires qui ne pouvaient porter la défense des chômeurs et l'appropriation collective des outils de production?", se demandent-ils.

Selon l'une des responsables du MG restée fidèle à la ligne du mouvement, Marie-Françoise Lecomte, les départs représentent environ 10% des adhérents.

Mme Lecomte et un autre cofondateur, Saïd Cherrid, assurent que le Mouvement de Gauche "entend poursuivre son aventure dans l'intérêt général et plus particulièrement dans celui des plus démunis".

En vue du scrutin de mai 2014, le MG affirme enfin "rester ouvert à toutes alliances constructives de type Front de Gauche à la française sur base d'un dénominateur commun: l'écosocialisme".

"Outre le caractère peu courtois de la démarche, nous sommes contraints de nous rendre à l'évidence, ces démissionnaires qui freinaient l'ascension du MG, notamment, en empêchant la diffusion du programme écrit, amendé et voté par sa base citoyenne, vouaient un culte à la personnalité de Bernard Wesphael" (le député wallon inculpé pour l'assassinat de sa femme fin octobre à Ostende, NDLR), indiquent les cofondateurs du Mouvement de Gauche et responsables des arrondissements de La Louvière, d'Ath, de Liège, de Thuin, de Charleroi, du Luxembourg, de Dinant-Philippeville, de Mons et de Bruxelles dans un communiqué. "Ce programme était-il trop à gauche pour ces démissionnaires qui ne pouvaient porter la défense des chômeurs et l'appropriation collective des outils de production?", se demandent-ils. Selon l'une des responsables du MG restée fidèle à la ligne du mouvement, Marie-Françoise Lecomte, les départs représentent environ 10% des adhérents. Mme Lecomte et un autre cofondateur, Saïd Cherrid, assurent que le Mouvement de Gauche "entend poursuivre son aventure dans l'intérêt général et plus particulièrement dans celui des plus démunis". En vue du scrutin de mai 2014, le MG affirme enfin "rester ouvert à toutes alliances constructives de type Front de Gauche à la française sur base d'un dénominateur commun: l'écosocialisme".