Le tout nouveau festival Q.Artz ouvrira ses portes ce samedi et les artistes LGBTQI+ vivant en Belgique seront à l'honneur. A travers ce festival d'arts queer multidisciplinaire, les organisateurs souhaitent soutenir la culture, la diversité et les économies locales.

Pour marquer le lancement du festival, la statue s'est vu offrir une pièce de créateur. Le styliste bruxellois, nommé Lion ascendant Conasse, explique sa création : "Mon univers se construit avec les influences romantiques et punks de ma mère, le monde du théâtre de mon père et ma fascination personnelle pour l'ésotérisme. C'est la combinaison de tout cela que l'on retrouve dans la tenue".

Le costume modifié rappelle une moquerie de la société patriarcale. La crête est un clin d'oeil au mouvement punk, parce qu'il affirme que "être queer c'est être punk, c'est refuser les normes de la société". Enfin, les rayures utilisées sont pour rappeler l'idée de transgression.

Laurent Mallet, président de la Belgian Pride, se dit "heureux d'avoir eu l'opportunité de créer et d'offrir un costume à Manneken-Pis".

., Belgian Pride
. © Belgian Pride

Une tradition plus toute jeune

L'enfant le plus célèbre de Bruxelles est habillé près de la moitié de l'année et possède déjà plus de 1 000 tenues. Toutes conservées comme de véritables oeuvres d'art, elles sont exposées au musée GardeRobe.

Petit point histoire : cette tradition des habillages remonte à loin. Au 17e siècle, les autorités bruxelloises ou les gouverneurs généraux offraient des costumes pour des festivités particulières. De décennie en décennie, le petit bonhomme reçoit de plus en plus de costumes par an. Aujourd'hui, la collection s'enrichit annuellement de plus de 20 tenues.

Depuis 2001, le Manneken-Pis est associé à la lutte pour les droits de la communauté LGBTQI+. En 2015, le célèbre couturier Jean-Paul Gauthier lui offrait une tenue Pride à l'occasion des 20 ans de la Belgian Pride. Attirant plus de 30 000 touristes par jour, ses tenues ont l'habitude de porter des messages forts et symboliques. Et c'est encore le cas aujourd'hui en sensibilisant à l'inclusion. La tenue reste dans la collection et pourra être revêtue à chaque occasion.

Le festival Q.Artz se déroulera du 18 au 26 septembre. Et la vitrine Belgian Pride s'admire jusqu'au 3 octobre au musée GardeRobe.

Lola Buscemi

Le tout nouveau festival Q.Artz ouvrira ses portes ce samedi et les artistes LGBTQI+ vivant en Belgique seront à l'honneur. A travers ce festival d'arts queer multidisciplinaire, les organisateurs souhaitent soutenir la culture, la diversité et les économies locales.Pour marquer le lancement du festival, la statue s'est vu offrir une pièce de créateur. Le styliste bruxellois, nommé Lion ascendant Conasse, explique sa création : "Mon univers se construit avec les influences romantiques et punks de ma mère, le monde du théâtre de mon père et ma fascination personnelle pour l'ésotérisme. C'est la combinaison de tout cela que l'on retrouve dans la tenue". Le costume modifié rappelle une moquerie de la société patriarcale. La crête est un clin d'oeil au mouvement punk, parce qu'il affirme que "être queer c'est être punk, c'est refuser les normes de la société". Enfin, les rayures utilisées sont pour rappeler l'idée de transgression.Laurent Mallet, président de la Belgian Pride, se dit "heureux d'avoir eu l'opportunité de créer et d'offrir un costume à Manneken-Pis".Une tradition plus toute jeuneL'enfant le plus célèbre de Bruxelles est habillé près de la moitié de l'année et possède déjà plus de 1 000 tenues. Toutes conservées comme de véritables oeuvres d'art, elles sont exposées au musée GardeRobe.Petit point histoire : cette tradition des habillages remonte à loin. Au 17e siècle, les autorités bruxelloises ou les gouverneurs généraux offraient des costumes pour des festivités particulières. De décennie en décennie, le petit bonhomme reçoit de plus en plus de costumes par an. Aujourd'hui, la collection s'enrichit annuellement de plus de 20 tenues.Depuis 2001, le Manneken-Pis est associé à la lutte pour les droits de la communauté LGBTQI+. En 2015, le célèbre couturier Jean-Paul Gauthier lui offrait une tenue Pride à l'occasion des 20 ans de la Belgian Pride. Attirant plus de 30 000 touristes par jour, ses tenues ont l'habitude de porter des messages forts et symboliques. Et c'est encore le cas aujourd'hui en sensibilisant à l'inclusion. La tenue reste dans la collection et pourra être revêtue à chaque occasion.Le festival Q.Artz se déroulera du 18 au 26 septembre. Et la vitrine Belgian Pride s'admire jusqu'au 3 octobre au musée GardeRobe.Lola Buscemi