Entendu pour la première fois de son existence au stade des consultations en vue de la constitution d'une majorité, le Syndicat des Locataires a insisté sur la nécessité de se préoccuper, avant tout, de la situation dans le secteur privé du logement qui représente 92% du secteur à Bruxelles.

Son président, José Garcia, est ainsi venu demander aux informateurs de poursuivre l'extension du parc de logements sociaux à un rythme plus rapide qu'actuellement, en veillant à raccourcir certaines procédures. Mais il a insisté sur la nécessité de contrôler davantage le prix des loyers sur le marché privé. Il leur a adressé un certain nombre de propositions visant à mieux prendre en compte la valeur intrinsèque du logement proposé.

Le Syndicat des Locataires a également souhaité être davantage associé d'emblée aux travaux préparatoires à des modifications de la réglementation en la matière, d'autant que la Région est devenue compétente en matière de bail loyer.

Ses demandes rejoignent en grande partie celles de la Plate-forme du logement. Cette organisation, représentative de nombreuses associations, est aussi soucieuse d'une clarification de la donne pour que le loyer proposé soit proportionné à la qualité du logement. Elle a par ailleurs plaidé pour une adaptation du Code du logement pour permettre la contestation des loyers abusifs devant les tribunaux.

Selon Thibaut De Menten, elle est venue avec des propositions pour augmenter l'offre de relogement dans l'urgence. Les représentants des propriétaires et co-propriétaires, n'ont pas été jusqu'à défendre des points de vue radicalement opposés, malgré qu'ils défendent des intérêts différents.

Selon Olivier Hamal, président du Syndicat National des (co-)propriétaires, le SNP n'est ainsi pas opposé à la création d'un fonds public de garantie locative, mais il ne souhaite pas être impliquée dans sa gestion. Il ne remet pas en cause l'existence d'une grille des loyers à Bruxelles, mais s'oppose à ce qu'on lui donne un caractère contraignant.

Le Syndicat des Propriétaires s'est également prononcé contre la création de commissions paritaires locatives. Pour celui-ci, ils appartient aux tribunaux d'arbitrer les différends en la matière. Les informateurs bruxellois recevront vendredi après-midi une série d'acteurs publics (STIB; SNCB; Infrabel), et du monde associatif (e.a. des associations cyclistes) du secteur de la mobilité.