Les chiffres du rapport concernent l'année 2010 et l'ensemble des lieux de travail. Le nombre de dossiers ouverts a augmenté et atteint 627, soit 33% de plus qu'en 2009.

Mis à part les plaintes pour discrimination, qui reculent, on note une augmentation dans chaque catégorie de harcèlement : moral (+38%), violence (+274%) et sexuel (+284%). Au total on arrive à 858 plaintes, ce qui signifie qu'une partie des dossiers cumulent plusieurs types de plaintes pour harcèlement.

Ces chiffres ne représentent toutefois pas l'ensemble des cas de harcèlement au travail, le recours aux services de l'inspection du travail n'étant qu'une des procédures possibles pour régler ces problèmes. Le plus souvent c'est la voie interne à l'entreprise qui est privilégiée. Il existe également la voie judiciaire.

Cette hausse des plaintes, mais aussi l'augmentation des plaintes relatives aux conditions de travail (+10%) augmente le travail pour les inspecteurs de la Direction Générale Contrôle du Bien-être au travail, mais les équipes sont déjà insuffisantes, dénoncent notamment les syndicats.

Levif.be, avec Belga

Les chiffres du rapport concernent l'année 2010 et l'ensemble des lieux de travail. Le nombre de dossiers ouverts a augmenté et atteint 627, soit 33% de plus qu'en 2009. Mis à part les plaintes pour discrimination, qui reculent, on note une augmentation dans chaque catégorie de harcèlement : moral (+38%), violence (+274%) et sexuel (+284%). Au total on arrive à 858 plaintes, ce qui signifie qu'une partie des dossiers cumulent plusieurs types de plaintes pour harcèlement. Ces chiffres ne représentent toutefois pas l'ensemble des cas de harcèlement au travail, le recours aux services de l'inspection du travail n'étant qu'une des procédures possibles pour régler ces problèmes. Le plus souvent c'est la voie interne à l'entreprise qui est privilégiée. Il existe également la voie judiciaire. Cette hausse des plaintes, mais aussi l'augmentation des plaintes relatives aux conditions de travail (+10%) augmente le travail pour les inspecteurs de la Direction Générale Contrôle du Bien-être au travail, mais les équipes sont déjà insuffisantes, dénoncent notamment les syndicats. Levif.be, avec Belga