"La 5G sera d'abord développée au profit des applications industrielles, des ports, des grandes villes et des principaux axes routiers", a indiqué M. De Backer. "Le projet de texte pour la mise aux enchères des fréquences 5G prévoit de plus grandes obligations de couverture que la 4G, jusqu'à 99,8% contre 99,5% actuellement.

"A terme, la 5G sera aussi une alternative pour les zones blanches sans internet fixe rapide. La 5G permet d'obtenir des vitesses de fibre optique dans des endroits où il ne serait pas rentable de faire des terrassements. Il y serait plus rentable de prévoir l'internet rapide via un pylône 5G." Et d'ajouter: "ce n'est pas parce que l'on passe de la 2G à la 5G voire à la 6G en préparation que l'on change de technologie. On peut faire une comparaison: ce n'est pas parce qu'on est passé des bougies aux lampes à pétrole, puis (...) aux lampes économiques et à l'éclairage LED que le rayonnement, le spectre lumière, change.

Donc, il n'y a pas de soucis. Les antennes relais se trouvent bien trop loin pour pouvoir provoquer quelqu'effet que ce soit. De plus, les effets du rayonnement diminuent avec une échelle logarithmique. Le gsm qui est sur votre oreille a beaucoup plus d'impact que les pylônes 5G", a-t-il conclu.

Cette réponse à fait sortir de ses gonds Josy Arens: "On ne sait rien du tout de l'impact sur la santé publique. On ignore complètement les bourgmestres et les communes. Comment est-ce possible q'une entreprise de cette envergure agisse ainsi? C'est de la pure provocation."

"La 5G sera d'abord développée au profit des applications industrielles, des ports, des grandes villes et des principaux axes routiers", a indiqué M. De Backer. "Le projet de texte pour la mise aux enchères des fréquences 5G prévoit de plus grandes obligations de couverture que la 4G, jusqu'à 99,8% contre 99,5% actuellement. "A terme, la 5G sera aussi une alternative pour les zones blanches sans internet fixe rapide. La 5G permet d'obtenir des vitesses de fibre optique dans des endroits où il ne serait pas rentable de faire des terrassements. Il y serait plus rentable de prévoir l'internet rapide via un pylône 5G." Et d'ajouter: "ce n'est pas parce que l'on passe de la 2G à la 5G voire à la 6G en préparation que l'on change de technologie. On peut faire une comparaison: ce n'est pas parce qu'on est passé des bougies aux lampes à pétrole, puis (...) aux lampes économiques et à l'éclairage LED que le rayonnement, le spectre lumière, change. Donc, il n'y a pas de soucis. Les antennes relais se trouvent bien trop loin pour pouvoir provoquer quelqu'effet que ce soit. De plus, les effets du rayonnement diminuent avec une échelle logarithmique. Le gsm qui est sur votre oreille a beaucoup plus d'impact que les pylônes 5G", a-t-il conclu. Cette réponse à fait sortir de ses gonds Josy Arens: "On ne sait rien du tout de l'impact sur la santé publique. On ignore complètement les bourgmestres et les communes. Comment est-ce possible q'une entreprise de cette envergure agisse ainsi? C'est de la pure provocation."