Le gouvernement wallon a présenté, samedi matin, un budget 2019 "à l'équilibre", basé sur une diminution des dépenses publiques "sans porter atteinte aux politiques prioritaires" et sur des recettes "qui n'impactent pas le pouvoir d'achat" des Wallons, s'est réjoui le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR).

Entamé jeudi après-midi, le conclave budgétaire a atterri dans la nuit de vendredi à samedi. "Ce retour à l'équilibre dès 2019, sans nouvelle taxe, va au-delà de nos engagements", a de son côté souligné le ministre-président wallon, Willy Borsus.

En chiffres, l'exécutif régional fait état d'une évolution réelle des recettes de 327 millions d'euros par rapport au budget initial 2018 et de 354 millions par rapport à l'ajustement 2018. Au total, les recettes s'élèvent à 13,819 milliards d'euros.

Les dépenses, elles, se montent à 15,078 milliards pour un solde brut à financer de 1,259 milliard.

Pour y parvenir et permettre un retour à l'équilibre, les travaux budgétaires ont notamment porté sur le financement des UAP (unités d'administration publique) et du SPW (service public de Wallonie) tant en termes de fonctionnement (-3%) que de rémunérations (-1%), sur la gestion du parc immobilier, sur une réduction des subventions facultatives et sur la gestion de la dette. Un monitoring plus précis des besoins a également été réalisé, permettant de dégager quelque 50 millions d'euros.

La Wallonie dégage 17 millions d'euros pour préparer son assurance autonomie

"Le budget 2019 est à l'équilibre et je m'en réjouis car il permet d'envisager une reprise des compétences telles que les allocations familiales, les infrastructures hospitalières, etc. tout en assurant la poursuite du Plan wallon d'investissement, en préservant l'attractivité de la Wallonie et en consolidant de nombreux mécanismes de solidarité", s'est félicitée la ministre régionale de la Santé, Alda Greoli (cdH).

Selon cette dernière, les 17 millions alloués à l'assurance autonomie conduiront notamment à la création d'emplois locaux. Quant aux 5 millions consacrés à la prise en charge des 'cas prioritaires' en matière de handicap, ils permettront pour moitié de pérenniser les solutions trouvées pour les 60 cas urgents en attente de conventions en 2018, l'autre moitié étant réservée à de nouvelles solutions pour des cas qui se présenteraient en 2019.

Enfin, le conclave budgétaire 2019 a permis de dégager un million supplémentaire pour la prévention et la promotion de la santé, en particulier en matière de dépistage du cancer en Wallonie. Le premier volet de ce soutien vise à augmenter les moyens du centre de dépistage du cancer qui s'occupe pour le moment du dépistage du cancer du sein et du dépistage du cancer colorectal. Le deuxième volet, lui, sera consacré au dépistage du HPV (papillomavirus), très souvent à l'origine du cancer du col de l'utérus.

Une enveloppe sous condition de 4 millions d'euros pour les transports en commun wallons

"Cette enveloppe de 4 millions d'euros pourra être éventuellement orientée vers la sous-traitance de services à des concessionnaires privés sous réserve des négociations sociales en cours au sein du groupe", a précisé le ministre wallon des Transports, Carlo Di Antonio (cdH).

Vendredi, le gouvernement régional avait donné 2 mois à la direction de l'OTW - le nouvel Opérateur de Transport de Wallonie qui regroupe les cinq TEC et l'ex-SRWT - et aux syndicats pour parvenir à un accord sur la mise en place d'un service garanti au sein des transports en commun wallons, ce qu'avait immédiatement dénoncé la CGSP.

Outre cette enveloppe, le ministre Di Antonio a également obtenu 1 million d'euros pour le transport scolaire des enfants souffrant d'un handicap et un autre million pour améliorer la surveillance et les mesures de la qualité de l'air en Wallonie.

Parallèlement, 20 millions seront consacrés à la réhabilitation des sites à réaménager, aux développements des zonings et aux ports dans le cadre du plan SOWAFINAL 3 et 30 millions ont été prévus pour soutenir le développement de projets économiques d'entreprises en lien avec le recyclage du plastique au sud du pays.

Au sein du Plan wallon d'Investissements, 35 millions ont par ailleurs été inscrits pour mettre en oeuvre la vision FAST (Fluidité, Accessibilité, Santé/Sécurité et Transfert Modal), avec, entre autres, la création de lignes de bus rapides des périphéries vers les gares et l'organisation des autoroutes à vélo sur le réseau RAVeL.

La Wallonie mobilisera encore 10 millions d'euros pour l'amélioration et l'accélération des travaux de l'axe ferroviaire Bruxelles-Namur-Luxembourg.

Enfin, l'engagement, dans le budget 2019, de 170 millions d'euros permettra de lancer immédiatement le nouveau Plan Infrastructures 2019-2024. Dans cette enveloppe, 15 millions seront spécifiquement consacrés à la remise à niveau et à l'entretien des pistes cyclables.

Le gouvernement wallon a présenté, samedi matin, un budget 2019 "à l'équilibre", basé sur une diminution des dépenses publiques "sans porter atteinte aux politiques prioritaires" et sur des recettes "qui n'impactent pas le pouvoir d'achat" des Wallons, s'est réjoui le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR).Entamé jeudi après-midi, le conclave budgétaire a atterri dans la nuit de vendredi à samedi. "Ce retour à l'équilibre dès 2019, sans nouvelle taxe, va au-delà de nos engagements", a de son côté souligné le ministre-président wallon, Willy Borsus. En chiffres, l'exécutif régional fait état d'une évolution réelle des recettes de 327 millions d'euros par rapport au budget initial 2018 et de 354 millions par rapport à l'ajustement 2018. Au total, les recettes s'élèvent à 13,819 milliards d'euros. Les dépenses, elles, se montent à 15,078 milliards pour un solde brut à financer de 1,259 milliard. Pour y parvenir et permettre un retour à l'équilibre, les travaux budgétaires ont notamment porté sur le financement des UAP (unités d'administration publique) et du SPW (service public de Wallonie) tant en termes de fonctionnement (-3%) que de rémunérations (-1%), sur la gestion du parc immobilier, sur une réduction des subventions facultatives et sur la gestion de la dette. Un monitoring plus précis des besoins a également été réalisé, permettant de dégager quelque 50 millions d'euros.La Wallonie dégage 17 millions d'euros pour préparer son assurance autonomie "Le budget 2019 est à l'équilibre et je m'en réjouis car il permet d'envisager une reprise des compétences telles que les allocations familiales, les infrastructures hospitalières, etc. tout en assurant la poursuite du Plan wallon d'investissement, en préservant l'attractivité de la Wallonie et en consolidant de nombreux mécanismes de solidarité", s'est félicitée la ministre régionale de la Santé, Alda Greoli (cdH). Selon cette dernière, les 17 millions alloués à l'assurance autonomie conduiront notamment à la création d'emplois locaux. Quant aux 5 millions consacrés à la prise en charge des 'cas prioritaires' en matière de handicap, ils permettront pour moitié de pérenniser les solutions trouvées pour les 60 cas urgents en attente de conventions en 2018, l'autre moitié étant réservée à de nouvelles solutions pour des cas qui se présenteraient en 2019. Enfin, le conclave budgétaire 2019 a permis de dégager un million supplémentaire pour la prévention et la promotion de la santé, en particulier en matière de dépistage du cancer en Wallonie. Le premier volet de ce soutien vise à augmenter les moyens du centre de dépistage du cancer qui s'occupe pour le moment du dépistage du cancer du sein et du dépistage du cancer colorectal. Le deuxième volet, lui, sera consacré au dépistage du HPV (papillomavirus), très souvent à l'origine du cancer du col de l'utérus. Une enveloppe sous condition de 4 millions d'euros pour les transports en commun wallons "Cette enveloppe de 4 millions d'euros pourra être éventuellement orientée vers la sous-traitance de services à des concessionnaires privés sous réserve des négociations sociales en cours au sein du groupe", a précisé le ministre wallon des Transports, Carlo Di Antonio (cdH). Vendredi, le gouvernement régional avait donné 2 mois à la direction de l'OTW - le nouvel Opérateur de Transport de Wallonie qui regroupe les cinq TEC et l'ex-SRWT - et aux syndicats pour parvenir à un accord sur la mise en place d'un service garanti au sein des transports en commun wallons, ce qu'avait immédiatement dénoncé la CGSP. Outre cette enveloppe, le ministre Di Antonio a également obtenu 1 million d'euros pour le transport scolaire des enfants souffrant d'un handicap et un autre million pour améliorer la surveillance et les mesures de la qualité de l'air en Wallonie. Parallèlement, 20 millions seront consacrés à la réhabilitation des sites à réaménager, aux développements des zonings et aux ports dans le cadre du plan SOWAFINAL 3 et 30 millions ont été prévus pour soutenir le développement de projets économiques d'entreprises en lien avec le recyclage du plastique au sud du pays. Au sein du Plan wallon d'Investissements, 35 millions ont par ailleurs été inscrits pour mettre en oeuvre la vision FAST (Fluidité, Accessibilité, Santé/Sécurité et Transfert Modal), avec, entre autres, la création de lignes de bus rapides des périphéries vers les gares et l'organisation des autoroutes à vélo sur le réseau RAVeL. La Wallonie mobilisera encore 10 millions d'euros pour l'amélioration et l'accélération des travaux de l'axe ferroviaire Bruxelles-Namur-Luxembourg. Enfin, l'engagement, dans le budget 2019, de 170 millions d'euros permettra de lancer immédiatement le nouveau Plan Infrastructures 2019-2024. Dans cette enveloppe, 15 millions seront spécifiquement consacrés à la remise à niveau et à l'entretien des pistes cyclables.