L'ESA a entamé une procédure de recrutement afin de trouver un successeur à son actuel directeur général, l'Allemand Johann-Dietrich Wörner, en fonction depuis le 1er juillet 2015.

"Le gouvernement fédéral belge a décidé d'apporter son soutien à la candidature d'Eric Morel de Westgaver, un candidat expérimenté déjà actif au sein de l'ESA et dont les compétences sont unanimement reconnues tant au niveau de l'Agence que par les acteurs du domaine spatial international", a indiqué M. Clarinval (MR) dans un communiqué.

M. Morel de Westgaver exerce depuis 2013 au sein de l'ESA la fonction de directeur de l'industrie, des approvisionnements et des services juridiques.

"Riche d'une expérience internationale conséquente, il a su mobiliser des compétences fortes de leadership et démontrer son efficacité et son sens des responsabilités en menant ses missions à bien avec brio", a ajouté le vice-Premier ministre libéral.

Selon lui, "Eric Morel de Westgaver a toutes les compétences requises pour prétendre à ce poste. Il dispose non seulement d'une expérience impressionnante acquise en travaillant depuis plusieurs années au service de l'ESA, mais également de toutes les qualités pour continuer à assurer le développement de l'Agence dans les années qui viennent".

Le gouvernement fédéral a toute confiance dans sa capacité à gérer les défis de taille qui s'annoncent pour l'Agence en la conduisant, avec les États membres, vers une vision commune d'une ESA renforcée et efficace, a ajouté M. Clarinval.

Le successeur de M. Wörner doit être désigné à l'issue d'un processus particulièrement exigeant visant à nommer le meilleur candidat possible à la tête de l'ESA pour un mandat d'une durée de quatre ans.

De nombreux défis attendent le futur directeur général, selon M. Clarinval. Il devra non seulement poursuivre la mise en oeuvre des programmes, projets et missions en cours, mais également veiller au développement de l'Agence et de ses futurs projets. Il devra aussi tenir compte de l'évolution des besoins et des ambitions de la société européenne en matière spatiale, en appui d'évolutions technologiques sans précédent qui rythment chaque année un peu plus le quotidien des citoyens.

L'agence spatiale européenne, dont le siège est établi à Paris, regroupe 22 Etats-membres - pour la plupart également membres de l'Union européenne, mais pas tous, comme la Suisse - alors que le Canada participe à certains projets de coopération avec l'ESA.

En novembre dernier, le conseil ministériel de l'agence a adopté, lors d'une réunion à Séville (Espagne), un budget de 14,4 milliards d'euros pour financer les nouveaux programmes sur une durée de cinq ans, une somme record.

Un autre Belge, l'ancien ministre de la Défense Jean-Pol Poncelet, avait été directeur de la stratégie de l'ESA entre 2001 et 2005.

L'ESA a entamé une procédure de recrutement afin de trouver un successeur à son actuel directeur général, l'Allemand Johann-Dietrich Wörner, en fonction depuis le 1er juillet 2015. "Le gouvernement fédéral belge a décidé d'apporter son soutien à la candidature d'Eric Morel de Westgaver, un candidat expérimenté déjà actif au sein de l'ESA et dont les compétences sont unanimement reconnues tant au niveau de l'Agence que par les acteurs du domaine spatial international", a indiqué M. Clarinval (MR) dans un communiqué. M. Morel de Westgaver exerce depuis 2013 au sein de l'ESA la fonction de directeur de l'industrie, des approvisionnements et des services juridiques. "Riche d'une expérience internationale conséquente, il a su mobiliser des compétences fortes de leadership et démontrer son efficacité et son sens des responsabilités en menant ses missions à bien avec brio", a ajouté le vice-Premier ministre libéral. Selon lui, "Eric Morel de Westgaver a toutes les compétences requises pour prétendre à ce poste. Il dispose non seulement d'une expérience impressionnante acquise en travaillant depuis plusieurs années au service de l'ESA, mais également de toutes les qualités pour continuer à assurer le développement de l'Agence dans les années qui viennent". Le gouvernement fédéral a toute confiance dans sa capacité à gérer les défis de taille qui s'annoncent pour l'Agence en la conduisant, avec les États membres, vers une vision commune d'une ESA renforcée et efficace, a ajouté M. Clarinval. Le successeur de M. Wörner doit être désigné à l'issue d'un processus particulièrement exigeant visant à nommer le meilleur candidat possible à la tête de l'ESA pour un mandat d'une durée de quatre ans. De nombreux défis attendent le futur directeur général, selon M. Clarinval. Il devra non seulement poursuivre la mise en oeuvre des programmes, projets et missions en cours, mais également veiller au développement de l'Agence et de ses futurs projets. Il devra aussi tenir compte de l'évolution des besoins et des ambitions de la société européenne en matière spatiale, en appui d'évolutions technologiques sans précédent qui rythment chaque année un peu plus le quotidien des citoyens. L'agence spatiale européenne, dont le siège est établi à Paris, regroupe 22 Etats-membres - pour la plupart également membres de l'Union européenne, mais pas tous, comme la Suisse - alors que le Canada participe à certains projets de coopération avec l'ESA. En novembre dernier, le conseil ministériel de l'agence a adopté, lors d'une réunion à Séville (Espagne), un budget de 14,4 milliards d'euros pour financer les nouveaux programmes sur une durée de cinq ans, une somme record. Un autre Belge, l'ancien ministre de la Défense Jean-Pol Poncelet, avait été directeur de la stratégie de l'ESA entre 2001 et 2005.