Le Premier ministre a indiqué cette semaine à la Chambre que son gouvernement minoritaire était astreint à la prudence. Figurent à l'ordre du jour du comité restreint de vendredi des éléments de gestion qui ne constituent pas de nouvelles initiatives. Il n'y aura pas de conseil des ministres.

Le roi Philippe poursuivait jeudi des consultations politiques. Après s'être entretenu jeudi matin avec la présidente de Groen Meyrem Almaci, il a vu leurs homologues d'Ecolo, Zakia Khattabi et Jean-Marc Nollet, puis le président du sp.a John Crombez, le président du CD&V Wouter Beke, et son homologue au MR Olivier Chastel. Le dernier de la journée à avoir été reçu jeudi au Palais est le président de DéFI Olivier Maingain. Le Vlaams Belang a mené devant les grilles une action de protestation pour dénoncé l'absence d'invitation le concernant. Le Palais royal ne reçoit pas le parti d'extrême droite. Une initiative royale est attendue vendredi à l'issue de ces premières consultations. Jeudi après-midi a lieu la séance hebdomadaire de la Chambre. La séance des questions au gouvernement a été supprimée.

La Chambre examinera et votera un certain nombre de textes de loi, dont la loi de finances qui permettra de libérer les trois premiers douzièmes provisoires pour le premier trimestre 2019, en l'absence de budget. La résolution des écologistes invitant à plus d'ambition en matière de politique climatique sera également examinée et votée. Des contacts ont été noués entre certaines formations pour faire émerger quelques rares textes. On évoque un axe MR-CD&V à la manoeuvre.

De son côté, la N-VA déposera une série de propositions de loi traduisant ce que les nationalistes considèrent comme l'héritage de la coalition suédoise, dont le jobsdeal. D'autres formations politiques ont annoncé des propositions. Jeudi, le PS redépose un amendement à la loi de finances visant à libérer des moyens pour l'enveloppe Bien-être qui revalorise le pouvoir d'achat des allocataires sociaux. Lundi, le Roi prononcera, dans ce contexte particulier, son traditionnel discours de Noël. Le discours a déjà été enregistré, a-t-on appris. Un tel discours doit bénéficier du contre-seing du Premier ministre.

Le Premier ministre a indiqué cette semaine à la Chambre que son gouvernement minoritaire était astreint à la prudence. Figurent à l'ordre du jour du comité restreint de vendredi des éléments de gestion qui ne constituent pas de nouvelles initiatives. Il n'y aura pas de conseil des ministres. Le roi Philippe poursuivait jeudi des consultations politiques. Après s'être entretenu jeudi matin avec la présidente de Groen Meyrem Almaci, il a vu leurs homologues d'Ecolo, Zakia Khattabi et Jean-Marc Nollet, puis le président du sp.a John Crombez, le président du CD&V Wouter Beke, et son homologue au MR Olivier Chastel. Le dernier de la journée à avoir été reçu jeudi au Palais est le président de DéFI Olivier Maingain. Le Vlaams Belang a mené devant les grilles une action de protestation pour dénoncé l'absence d'invitation le concernant. Le Palais royal ne reçoit pas le parti d'extrême droite. Une initiative royale est attendue vendredi à l'issue de ces premières consultations. Jeudi après-midi a lieu la séance hebdomadaire de la Chambre. La séance des questions au gouvernement a été supprimée. La Chambre examinera et votera un certain nombre de textes de loi, dont la loi de finances qui permettra de libérer les trois premiers douzièmes provisoires pour le premier trimestre 2019, en l'absence de budget. La résolution des écologistes invitant à plus d'ambition en matière de politique climatique sera également examinée et votée. Des contacts ont été noués entre certaines formations pour faire émerger quelques rares textes. On évoque un axe MR-CD&V à la manoeuvre. De son côté, la N-VA déposera une série de propositions de loi traduisant ce que les nationalistes considèrent comme l'héritage de la coalition suédoise, dont le jobsdeal. D'autres formations politiques ont annoncé des propositions. Jeudi, le PS redépose un amendement à la loi de finances visant à libérer des moyens pour l'enveloppe Bien-être qui revalorise le pouvoir d'achat des allocataires sociaux. Lundi, le Roi prononcera, dans ce contexte particulier, son traditionnel discours de Noël. Le discours a déjà été enregistré, a-t-on appris. Un tel discours doit bénéficier du contre-seing du Premier ministre.