Cet objectif de 85% est plus ambitieux que celui (80%) figurant dans l'accord de majorité conclu fin octobre par les trois partenaires de la coalition gouvernementale (N-VA, Open Vld et CD&V), a expliqué la ministre.

L'équipe du ministre-président Jan Jambon s'était déjà accordée au début du mois - peu avant la semaine décisive de la conférence climat de l'ONU (COP25) de Madrid - sur un plan chiffré Energie et Climat portant sur la période 2021-2030 et comportant quelque 350 mesures. L'objectif visant à réduire les émissions de CO2 de 35% à l'horizon 2030 a été revu à la baisse, à 32,6%. Le gouvernement flamand espère toutefois combler l'écart dans les prochaines années, entre autres grâce à des innovations technologiques.

L'équipe Jambon a approuvé vendredi une stratégie à long terme, c'est-à-dire à l'horizon 2050, un autre document demandé par la Commission européenne.

L'ambition d'une neutralité climatique pour 2050 - figurant dans la proposition de "green deal" pour l'Europe formulée par la nouvelle Commission européenne dirigée par l'Allemande Ursula von der Leyen - n'est toutefois pas reprise par la Flandre.

Cet objectif de 85% est plus ambitieux que celui (80%) figurant dans l'accord de majorité conclu fin octobre par les trois partenaires de la coalition gouvernementale (N-VA, Open Vld et CD&V), a expliqué la ministre. L'équipe du ministre-président Jan Jambon s'était déjà accordée au début du mois - peu avant la semaine décisive de la conférence climat de l'ONU (COP25) de Madrid - sur un plan chiffré Energie et Climat portant sur la période 2021-2030 et comportant quelque 350 mesures. L'objectif visant à réduire les émissions de CO2 de 35% à l'horizon 2030 a été revu à la baisse, à 32,6%. Le gouvernement flamand espère toutefois combler l'écart dans les prochaines années, entre autres grâce à des innovations technologiques.L'équipe Jambon a approuvé vendredi une stratégie à long terme, c'est-à-dire à l'horizon 2050, un autre document demandé par la Commission européenne. L'ambition d'une neutralité climatique pour 2050 - figurant dans la proposition de "green deal" pour l'Europe formulée par la nouvelle Commission européenne dirigée par l'Allemande Ursula von der Leyen - n'est toutefois pas reprise par la Flandre.