"Des calculs supplémentaires sont nécessaires", a-t-il expliqué à l'issue d'une longue attente de la part des journalistes réunis au cabinet de M. Jambon, Place des Martyrs, à Bruxelles.

"Nous voulons être sûrs à propos des chiffres. Cela n'a pas de sens de dire qu'avec telle mesure nous allons atteindre telle réduction des émissions de CO2 si nous n'en sommes pas sûrs", a ajouté M. Van Raemdonck, sans entrer dans les détails.

Le conseil des ministres devait approuver un plan chiffré Energie et Climat pour permettre à la ministre flamande de l'Environnement et de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA), de se rendre à partir de lundi prochain à la conférence climat de l'ONU (COP25) qui se tient à Madrid jusqu'au 13 décembre.

"Je n'irai pas à Madrid sans plan sur le climat", a-t-elle déclaré vendredi après-midi.

Mme Demir a rappelé que l'ambition du gouvernement flamand était de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 35% d'ici 2030. "Cet objectif est ambitieux, mais le compte doit être juste", a-t-elle affirmé à la presse.

Elle a démenti tout désaccord au sein du gouvernement Jambon.

"La facture ne doit pas être refilée aux gens. Je ne veux pas que notre prospérité soit mise en danger", a souligné la ministre.

Des experts doivent se livrer à de nouveaux calculs durant le week-end, avant une nouvelle réunion de l'équipe Jambon prévue lundi

La ministre flamande de l'Environnement et de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA), avait déjà confirmé au début du mois que la Flandre n'atteindrait pas ses objectifs en matière d'énergies renouvelables d'ici 2020. Mais elle mise désormais sur l'échéance de 2030.

La Belgique doit soumettre fin décembre son Plan national Energie-Climat 2021-2030 à l'Europe, dans lequel devront également figurer les engagements de la Région flamande.

Dans la foulée de l'accord de Paris conclu en décembre 2015, la Belgique s'était engagée au niveau européen à atteindre 13% d'énergies renouvelables d'ici 2020. Cet objectif devait par ailleurs permettre à l'Union européenne, dans son ensemble, de produire 20% d'énergie verte d'ici la fin de l'année prochaine.

D'ici 2030, la part des énergies renouvelables de l'UE devra atteindre 32% de la consommation finale. Il s'agit d'un engagement contraignant. Les Etats membres qui n'atteindront pas leur objectif en 2020 seront tenus de mettre en place des mesures supplémentaires l'année suivante.

"Des calculs supplémentaires sont nécessaires", a-t-il expliqué à l'issue d'une longue attente de la part des journalistes réunis au cabinet de M. Jambon, Place des Martyrs, à Bruxelles. "Nous voulons être sûrs à propos des chiffres. Cela n'a pas de sens de dire qu'avec telle mesure nous allons atteindre telle réduction des émissions de CO2 si nous n'en sommes pas sûrs", a ajouté M. Van Raemdonck, sans entrer dans les détails. Le conseil des ministres devait approuver un plan chiffré Energie et Climat pour permettre à la ministre flamande de l'Environnement et de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA), de se rendre à partir de lundi prochain à la conférence climat de l'ONU (COP25) qui se tient à Madrid jusqu'au 13 décembre. "Je n'irai pas à Madrid sans plan sur le climat", a-t-elle déclaré vendredi après-midi. Mme Demir a rappelé que l'ambition du gouvernement flamand était de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 35% d'ici 2030. "Cet objectif est ambitieux, mais le compte doit être juste", a-t-elle affirmé à la presse. Elle a démenti tout désaccord au sein du gouvernement Jambon. "La facture ne doit pas être refilée aux gens. Je ne veux pas que notre prospérité soit mise en danger", a souligné la ministre. Des experts doivent se livrer à de nouveaux calculs durant le week-end, avant une nouvelle réunion de l'équipe Jambon prévue lundi La ministre flamande de l'Environnement et de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA), avait déjà confirmé au début du mois que la Flandre n'atteindrait pas ses objectifs en matière d'énergies renouvelables d'ici 2020. Mais elle mise désormais sur l'échéance de 2030. La Belgique doit soumettre fin décembre son Plan national Energie-Climat 2021-2030 à l'Europe, dans lequel devront également figurer les engagements de la Région flamande. Dans la foulée de l'accord de Paris conclu en décembre 2015, la Belgique s'était engagée au niveau européen à atteindre 13% d'énergies renouvelables d'ici 2020. Cet objectif devait par ailleurs permettre à l'Union européenne, dans son ensemble, de produire 20% d'énergie verte d'ici la fin de l'année prochaine. D'ici 2030, la part des énergies renouvelables de l'UE devra atteindre 32% de la consommation finale. Il s'agit d'un engagement contraignant. Les Etats membres qui n'atteindront pas leur objectif en 2020 seront tenus de mettre en place des mesures supplémentaires l'année suivante.