Face à la progression du variant Omicron, les ministres de la Santé du fédéral et des entités fédérées ont décidé de raccourcir - de 6 à 4 mois -le délai minimum entre la 2e et la 3e dose des vaccins Pfizer & Moderna. Les délais de deux mois après le vaccin Johnson&Johnson et de quatre mois après l'Astra Zeneca ne sont pas modifiés, indique mercredi soir la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale.

Les autorités suivent ainsi l'avis remis par la task force vaccination plus tôt dans l'après-midi. Cette dernière avait recommandé d'envoyer les invitations à la vaccination 4 mois après un schéma complet de primo-vaccination avec un vaccin Pfizer ou Moderna.

"On suivra les avis scientifiques" - celui de la task force vaccination mais aussi ceux du Conseil supérieur de la Santé et de l'EMA, l'agence européenne des médicaments, tous favorables à un raccourcissement des délais face à l'émergence du variant Omicron - tout en tenant compte des doses de vaccin disponibles, avait alors assuré le cabinet de la ministre Morreale.

La CIM Santé devait se réunir ce mercredi à 21h30. Elle a finalement été avancée et s'est tenue par voie électronique.

Face à la progression du variant Omicron, les ministres de la Santé du fédéral et des entités fédérées ont décidé de raccourcir - de 6 à 4 mois -le délai minimum entre la 2e et la 3e dose des vaccins Pfizer & Moderna. Les délais de deux mois après le vaccin Johnson&Johnson et de quatre mois après l'Astra Zeneca ne sont pas modifiés, indique mercredi soir la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale.Les autorités suivent ainsi l'avis remis par la task force vaccination plus tôt dans l'après-midi. Cette dernière avait recommandé d'envoyer les invitations à la vaccination 4 mois après un schéma complet de primo-vaccination avec un vaccin Pfizer ou Moderna. "On suivra les avis scientifiques" - celui de la task force vaccination mais aussi ceux du Conseil supérieur de la Santé et de l'EMA, l'agence européenne des médicaments, tous favorables à un raccourcissement des délais face à l'émergence du variant Omicron - tout en tenant compte des doses de vaccin disponibles, avait alors assuré le cabinet de la ministre Morreale. La CIM Santé devait se réunir ce mercredi à 21h30. Elle a finalement été avancée et s'est tenue par voie électronique.