La situation budgétaire du pays, sans être reluisante, pourrait être un peu moins désastreuse que prévu. D'après cette nouvelle estimation, le déficit pour 2020 serait de 33,4 milliards d'euros, ce qui représente 7,6% du PIB. Pour 2021, le Comité de monitoring table sur un déficit de 24 milliards d'euros, soit 5% du PIB.

Dans son rapport de juillet dernier, le Comité de monitoring avançait un déficit de 40,2 milliards d'euros en 2020 et de 26,2 milliards en 2021 . Même s'il y a lieu de se féliciter de cette amélioration, ce sont des montants abyssaux, que l'on n'avait plus vus depuis les années 80.

L'amélioration est à mettre sur le compte d'une croissance moins mauvaise que prévu. Elle a été revue à la hausse par le Bureau du plan qui prévoit désormais une croissance négative de 7,4% en 2020, suivie d'un rebond de 6,5% en 2021.

"Il s'agit d'un premier rapport provisoire, encore incomplet et lacunaire. Certaines recettes n'ont pas encore pu être réestimées", insiste-t-on au cabinet du ministre du Budget David Clarinval (MR). Ces chiffres seront en effet affinés dans un rapport complet dont la publication est annoncée pour début octobre.

En attendant, le document provisoire a été transmis vendredi dernier aux deux préformateurs afin de les aider à finaliser leurs travaux. En tout état de cause, le prochain gouvernement devra composer avec une situation budgétaire très dégradée.

La situation budgétaire du pays, sans être reluisante, pourrait être un peu moins désastreuse que prévu. D'après cette nouvelle estimation, le déficit pour 2020 serait de 33,4 milliards d'euros, ce qui représente 7,6% du PIB. Pour 2021, le Comité de monitoring table sur un déficit de 24 milliards d'euros, soit 5% du PIB. Dans son rapport de juillet dernier, le Comité de monitoring avançait un déficit de 40,2 milliards d'euros en 2020 et de 26,2 milliards en 2021 . Même s'il y a lieu de se féliciter de cette amélioration, ce sont des montants abyssaux, que l'on n'avait plus vus depuis les années 80. L'amélioration est à mettre sur le compte d'une croissance moins mauvaise que prévu. Elle a été revue à la hausse par le Bureau du plan qui prévoit désormais une croissance négative de 7,4% en 2020, suivie d'un rebond de 6,5% en 2021. "Il s'agit d'un premier rapport provisoire, encore incomplet et lacunaire. Certaines recettes n'ont pas encore pu être réestimées", insiste-t-on au cabinet du ministre du Budget David Clarinval (MR). Ces chiffres seront en effet affinés dans un rapport complet dont la publication est annoncée pour début octobre. En attendant, le document provisoire a été transmis vendredi dernier aux deux préformateurs afin de les aider à finaliser leurs travaux. En tout état de cause, le prochain gouvernement devra composer avec une situation budgétaire très dégradée.