Dans sa circulaire sur la rentrée, la ministre de l'Education Caroline Désir (PS) demandait de "suspendre les refus de réinscription et d'interdire, pour une période déterminée de l'année scolaire 2020/2021, les exclusions définitives". Cela afin de réduire le nombre d'élèves en décrochage scolaire complet.

Les exclusions de l'an dernier étant antérieures à la circulaire, le phénomène s'explique aussi par la fermeture des écoles à partir de mars dernier.

En moyenne, 5,3 faits motivent l'exclusion d'un élève et 5,1 faits justifient le refus de réinscription (respectivement 5,6 et 5,8 l'année d'avant). Il y a plus de motifs d'incivilités pour les refus de réinscription et plus de motifs de violences psychologiques et physiques pour les exclusions.

Exclusions et refus de réinscription concernent surtout des élèves de 15 ans, pour des faits sept fois plus signalés pour des garçons que pour que des filles.

Dans sa circulaire sur la rentrée, la ministre de l'Education Caroline Désir (PS) demandait de "suspendre les refus de réinscription et d'interdire, pour une période déterminée de l'année scolaire 2020/2021, les exclusions définitives". Cela afin de réduire le nombre d'élèves en décrochage scolaire complet. Les exclusions de l'an dernier étant antérieures à la circulaire, le phénomène s'explique aussi par la fermeture des écoles à partir de mars dernier. En moyenne, 5,3 faits motivent l'exclusion d'un élève et 5,1 faits justifient le refus de réinscription (respectivement 5,6 et 5,8 l'année d'avant). Il y a plus de motifs d'incivilités pour les refus de réinscription et plus de motifs de violences psychologiques et physiques pour les exclusions. Exclusions et refus de réinscription concernent surtout des élèves de 15 ans, pour des faits sept fois plus signalés pour des garçons que pour que des filles.