Le Conseil national de sécurité a confirmé ce mercredi 6 mai la réouverture des magasins le 11 mai et ouvert une porte vers des rencontre privées en tout petit comité. En précisant les modalités concrètes et en donnant des perspectives. Sans nier les critiques émises ces derniers jours

La Première ministre Sophie Wilmès a d'ailleurs la conférence de presse avec humour, en y faisant référence: "Nous commençons à 14h30 pile, dit-elle en évoquant la communication tardive, le 23 avril dernier. Il n'y aura pas de powerpoint cette fois. Nous avons commencé la conférence de presse plus tôt afin de communiquer à un moment plus adéquat. Mais le politique a besoin de prendre le temps de la décision et de communiquer tout de suite. Trop de fuites ont malheureuses a eu lieu. Ceci dit, nous regrettons d'avoir mis la patience de la population à épreuve."

La Première insiste sur la nécessité de respecter les mesures, mais aussi d'assouplir le confinement. "Les conséquences pour la société sont trop lourdes." Il s'agit de veiller à l'équilibre complexe entre la protection de la population et la relance de l'économie. Voilà pourquoi l'assouplissement annoncé reste limité.

Des rencontres privées à quatre autorisées

"Ce lundi 4 mai, nous avons permis à une partie de l'économie de redémarrer, c'était essentiel, poursuit Sophie Wilmès. Derrière cela, il y a des emplois et des personnes qui doivent vivre et se réaliser. Il n'en reste pas moins que le plan proposé a provoqué un certain désarroi. Derrière cela se cache la détresse générée par la situation. C'est pourquoi le Conseil national de sécurité a décidé de permettre un élargissement des relations sociales à partir de dimanche prochain."

Concrètement: jusqu'à maximum quatre personnes pourront être reçues, toujours les mêmes, par famille. "Ces personnes ne peuvent rentrer que dans un seul foyer." De préférence, ces visites doivent être organisée dehors si c'est possible (jardin, terrasse). Il va de soi que cela n'est pas permis si une personne est malade. Ce système permet aussi de faciliter le retraçage des contacts. Le principe de réciprocité est de mise et il n'y a pas de distance kilométrique limitée pour se rendre chez ce proche.

La mesure tombe à point pour la fête des mères. "Cela tombera bien, mais ce n'est pas pour cela que nous l'avons fait, précise la Première ministre. Nous savons que c'est dur pour tout le monde."

Elle insiste: "Je sais que cette solution ne remplace pas le bonheur de prendre ceux que l'on aime dans ses bras. Mais c'est ce que l'on peut faire pour l'instant." Le contrôle du respect de ces règles est très difficile, précise-t-elle, en instant sur la responsabilié des gens. "C'est comme si nous avions un contrat."

'Chacun doit s'autoréguler, il n'y a pas de contrôle comme dans les entreprises", précise Elio Di Rupo (PS), ministre-président wallon. "On a voulu opposer économie et sociale, mais 70% des contaminations ont lieu dans des familles", complète son homologue bruxellois Rudi Vervoort (PS).

Les commerces rouvrent le 11 mai

La Première ministre confirme ensuite la réouvertre général des commerces le 11 mai. Dans le respect du respect strict des règles de distanciation sociale. "Il sera fortement recommandé de porter un masque, les distances sociales doivent être respectées et les employeurs sont responsables de la santé de leur travailleurs. Ces courses devront se faire seules pour éviter les effets de foule." Une exception aura lieu pour les enfants de moins de 18 ans. Ce shopping devra se faire dans une ville proche du domicile ou du travail. "Nous comptons aussi sur votre responsabilité. S'il y a du monde, faites demi-tour." Une priorité doit être donnée aux personnes âgées, handicapées ou au personnel soignant.

Marchés, bars, restaurants restent fermés

Les marchés ne peuvent pas encore reprendre, de même que les professions avec un contact physique rapproché. Les bars et restaurants resteront fermés.

Les compétitions sportives, professionnelles et amateurs, sont annulées jusquau 31 juillet.

"Durant cette phase, les déplacements restent limités et le télétravail reste la norme", précise Sophie Wilmès.

La Première ministre évoque le côté positif des indicateurs sanitaires qui permettent cette nouvelle phase de déconfinement et se félicite du nombre de test réalisés - "nous sommes dans le top des pays européens". En ce qui concerne le tracing, tout sera bientôt opérationnel, précise-t-elle. Ces critères continueront à jouer un rôle dans le déconfinement progressif. Sophie Wilmès remercie encore les experts et toutes les personnes qui apportent leur aide aux autres.

En ce qui concerne le port du masque, il reste obligatoire dans les déplacements en transports publics, mais ausi dans les aéroports, pour les Belges de plus de 12 ans.

Les séjours courts reportés en juin

La conférence de presse concernait avant tout le 11 mai. Mais la Première ministre a également évoqué la suite... "La prochaine phase devrait commencer le 18 mai, en fonction des conditions sanitaires. Les Communautés et le monde de l'enseignement travaille déjà sur une reprise des cours." Seront analysés aussi pour cette phase suivante: la réouverture des marchés, des musées, la reprise des métiers avec contacts physiques (coiffeurs), les événements familiaux, la reprise des entraînements sportifs à l'extérieur. La question des rencontres à l'extérieur et des secondes résidences est reportée à la phase 3, donc en juin!

La Première ministre rappelle l'importance des efforts. "Peut-être ressentez-vous de la fatigue, c'est légitime, mais si nous pouvons franchir une étape suivante aujourd'hui, c'est grâce à vos efforts. Une forme de normalité - je dis bien une forme... - est à portée de main."

Le Conseil national de sécurité a confirmé ce mercredi 6 mai la réouverture des magasins le 11 mai et ouvert une porte vers des rencontre privées en tout petit comité. En précisant les modalités concrètes et en donnant des perspectives. Sans nier les critiques émises ces derniers joursLa Première ministre Sophie Wilmès a d'ailleurs la conférence de presse avec humour, en y faisant référence: "Nous commençons à 14h30 pile, dit-elle en évoquant la communication tardive, le 23 avril dernier. Il n'y aura pas de powerpoint cette fois. Nous avons commencé la conférence de presse plus tôt afin de communiquer à un moment plus adéquat. Mais le politique a besoin de prendre le temps de la décision et de communiquer tout de suite. Trop de fuites ont malheureuses a eu lieu. Ceci dit, nous regrettons d'avoir mis la patience de la population à épreuve."La Première insiste sur la nécessité de respecter les mesures, mais aussi d'assouplir le confinement. "Les conséquences pour la société sont trop lourdes." Il s'agit de veiller à l'équilibre complexe entre la protection de la population et la relance de l'économie. Voilà pourquoi l'assouplissement annoncé reste limité."Ce lundi 4 mai, nous avons permis à une partie de l'économie de redémarrer, c'était essentiel, poursuit Sophie Wilmès. Derrière cela, il y a des emplois et des personnes qui doivent vivre et se réaliser. Il n'en reste pas moins que le plan proposé a provoqué un certain désarroi. Derrière cela se cache la détresse générée par la situation. C'est pourquoi le Conseil national de sécurité a décidé de permettre un élargissement des relations sociales à partir de dimanche prochain." Concrètement: jusqu'à maximum quatre personnes pourront être reçues, toujours les mêmes, par famille. "Ces personnes ne peuvent rentrer que dans un seul foyer." De préférence, ces visites doivent être organisée dehors si c'est possible (jardin, terrasse). Il va de soi que cela n'est pas permis si une personne est malade. Ce système permet aussi de faciliter le retraçage des contacts. Le principe de réciprocité est de mise et il n'y a pas de distance kilométrique limitée pour se rendre chez ce proche.La mesure tombe à point pour la fête des mères. "Cela tombera bien, mais ce n'est pas pour cela que nous l'avons fait, précise la Première ministre. Nous savons que c'est dur pour tout le monde."Elle insiste: "Je sais que cette solution ne remplace pas le bonheur de prendre ceux que l'on aime dans ses bras. Mais c'est ce que l'on peut faire pour l'instant." Le contrôle du respect de ces règles est très difficile, précise-t-elle, en instant sur la responsabilié des gens. "C'est comme si nous avions un contrat."'Chacun doit s'autoréguler, il n'y a pas de contrôle comme dans les entreprises", précise Elio Di Rupo (PS), ministre-président wallon. "On a voulu opposer économie et sociale, mais 70% des contaminations ont lieu dans des familles", complète son homologue bruxellois Rudi Vervoort (PS).La Première ministre confirme ensuite la réouvertre général des commerces le 11 mai. Dans le respect du respect strict des règles de distanciation sociale. "Il sera fortement recommandé de porter un masque, les distances sociales doivent être respectées et les employeurs sont responsables de la santé de leur travailleurs. Ces courses devront se faire seules pour éviter les effets de foule." Une exception aura lieu pour les enfants de moins de 18 ans. Ce shopping devra se faire dans une ville proche du domicile ou du travail. "Nous comptons aussi sur votre responsabilité. S'il y a du monde, faites demi-tour." Une priorité doit être donnée aux personnes âgées, handicapées ou au personnel soignant.Les marchés ne peuvent pas encore reprendre, de même que les professions avec un contact physique rapproché. Les bars et restaurants resteront fermés.Les compétitions sportives, professionnelles et amateurs, sont annulées jusquau 31 juillet."Durant cette phase, les déplacements restent limités et le télétravail reste la norme", précise Sophie Wilmès.La Première ministre évoque le côté positif des indicateurs sanitaires qui permettent cette nouvelle phase de déconfinement et se félicite du nombre de test réalisés - "nous sommes dans le top des pays européens". En ce qui concerne le tracing, tout sera bientôt opérationnel, précise-t-elle. Ces critères continueront à jouer un rôle dans le déconfinement progressif. Sophie Wilmès remercie encore les experts et toutes les personnes qui apportent leur aide aux autres.En ce qui concerne le port du masque, il reste obligatoire dans les déplacements en transports publics, mais ausi dans les aéroports, pour les Belges de plus de 12 ans. La conférence de presse concernait avant tout le 11 mai. Mais la Première ministre a également évoqué la suite... "La prochaine phase devrait commencer le 18 mai, en fonction des conditions sanitaires. Les Communautés et le monde de l'enseignement travaille déjà sur une reprise des cours." Seront analysés aussi pour cette phase suivante: la réouverture des marchés, des musées, la reprise des métiers avec contacts physiques (coiffeurs), les événements familiaux, la reprise des entraînements sportifs à l'extérieur. La question des rencontres à l'extérieur et des secondes résidences est reportée à la phase 3, donc en juin!La Première ministre rappelle l'importance des efforts. "Peut-être ressentez-vous de la fatigue, c'est légitime, mais si nous pouvons franchir une étape suivante aujourd'hui, c'est grâce à vos efforts. Une forme de normalité - je dis bien une forme... - est à portée de main."