Le Washington Post, la télévision allemande ZDF et l'émission de radio néerlandaise VPRO Argos révélaient récemment que les services secrets américains CIA, ainsi que le service de renseignement allemand (Bundesnachrichtendienst - BND) avaient épié des événements historiques importants durant plus d'un demi-siècle dans le cadre d'une opération appelée Rubicon.

Dès les années 1950, Américains et Allemands (d'abord de l'Ouest, puis après la réunification) possédaient le cheval de Troie le plus sophistiqué de l'histoire des services secrets. Et ce, durant toute la Guerre froide, souligne Le Soir. Les services de renseignement détenaient secrètement la société suisse Crypto AG, autrefois leader mondial du marché des communications cryptées.

"Le Comité R a entamé une enquête sur l'affaire Crypto AG", a indiqué son président Serge Lipszyc au quotidien. "Y a-t-il un impact sur la Belgique? Les administrations ou les services de renseignement belges ont-ils utilisé des équipements de Crpyto AG? Que savaient les services belges de l'opération secrète? ", énumère M. Lipszyc.

Le Washington Post, la télévision allemande ZDF et l'émission de radio néerlandaise VPRO Argos révélaient récemment que les services secrets américains CIA, ainsi que le service de renseignement allemand (Bundesnachrichtendienst - BND) avaient épié des événements historiques importants durant plus d'un demi-siècle dans le cadre d'une opération appelée Rubicon. Dès les années 1950, Américains et Allemands (d'abord de l'Ouest, puis après la réunification) possédaient le cheval de Troie le plus sophistiqué de l'histoire des services secrets. Et ce, durant toute la Guerre froide, souligne Le Soir. Les services de renseignement détenaient secrètement la société suisse Crypto AG, autrefois leader mondial du marché des communications cryptées. "Le Comité R a entamé une enquête sur l'affaire Crypto AG", a indiqué son président Serge Lipszyc au quotidien. "Y a-t-il un impact sur la Belgique? Les administrations ou les services de renseignement belges ont-ils utilisé des équipements de Crpyto AG? Que savaient les services belges de l'opération secrète? ", énumère M. Lipszyc.