Dans certaines circonscriptions, la barre des 2,5 % de votes a été atteinte et sur les listes, 180 candidats citoyens ont pu se présenter à l'électeur, mobilisés en un temps record de quatre mois. " Nous n'avons pas envisagé du tout d'arrêter là notre mouvement, affirme Donatien d'Hoop, le porte-parole du Collectif. En revanche, nous devons à présent réfléchir à n...

Dans certaines circonscriptions, la barre des 2,5 % de votes a été atteinte et sur les listes, 180 candidats citoyens ont pu se présenter à l'électeur, mobilisés en un temps record de quatre mois. " Nous n'avons pas envisagé du tout d'arrêter là notre mouvement, affirme Donatien d'Hoop, le porte-parole du Collectif. En revanche, nous devons à présent réfléchir à notre structure et à notre mission. " Concrètement, les citoyens du Collectif ont décidé de mettre en place un groupe de travail, ouvert à tous, qui se penchera sur le fonctionnement à adopter et la structure à élaborer. L'une des pistes possibles pourrait consister à séparer la gestion du fonctionnement interne du collectif, qui serait dirigé par l'organe de décision ad hoc, et la gestion programmatique du mouvement, qui dépendrait des citoyens. Comme prévu dès avant le 26 mai, tous les membres du conseil d'administration ont présenté leur démission et une assemblée générale sera convoquée avant la fin de l'année. Stéphane Michiels, l'un des initiateurs du Collectif citoyen, lancera dans les tout prochains mois une fondation d'éducation permanente destinée à sensibiliser la population aux enjeux de la démocratie et de la bonne gouvernance. " En campagne électorale, nous nous sommes rendus compte qu'il fallait expliquer aux gens le fonctionnement du système politique et les arcanes des institutions avant de les convaincre qu'un changement de fond pourrait les améliorer ", détaille-t-il. Le projet consisterait notamment à intervenir en milieu scolaire afin de repolitiser le (jeune) citoyen et de lui montrer quel peut être son rôle dans le système démocratique. Cette approche pourrait s'appuyer, par exemple, sur des vidéos de vulgarisation politique auxquelles des professeurs d'université et des constitutionnalistes prêteraient leur concours.