Le COIB a bien confirmé que des discussions ont lieu avec le ministre de la santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) et le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD), mais contrairement à ce qu'ont rapporté les journaux du groupe Mediahuis samedi, aucune décision n'a encore été prise. Les sportifs ne font pas partie des groupes prioritaires pour recevoir un vaccin, mais les médecins du Comité olympique estiment important que les athlètes puissent recevoir un vaccin à temps pour préparer les JO, qui auront lieu du 23 juillet au 8 août à Tokyo.

"L'objectif est de trouver une solution pour permettre à nos athlètes de préparer en toute sérénité les Jeux, au cours desquels ils représenteront fièrement les couleurs de la Belgique", a confirmé de son côté samedi le cabinet du Premier ministre.

"Ce sont des discussions constructives", a ajouté Matthias Van Baelen, porte-parole du COIB samedi à l'Agence BELGA. "Nous nions fermement qu'une décision ait déjà été prise sur les vaccins pour les athlètes. Nous espérons bien sûr qu'il y aura de la clarté à court terme à ce sujet, parce que le plus important est que les athlètes puissent se préparer pour les JO en toute tranquillité."

Matthias Van Baelen a confirmé cependant qu'un courrier du COIB a bien été transmis aux athlètes leur proposant de s'inscrire sur les listes de réserves pour une vaccination, mais "cette communication interne n'est pas en rapport avec les discussions que nous avons eues".

Quelque 500 vaccins suffiraient à protéger les athlètes belges et leur entourage, évalue le COIB.

Pas de priorité de vaccination pour les athlètes olympiques

Le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) a, lors d'un entretien avec le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke et le Premier ministre Alexander De Croo, à nouveau plaidé sans succès pour une vaccination plus rapide des athlètes olympiques contre le coronavirus, rapportent les journaux de Mediahuis samedi.

Depuis le début de l'année, le COIB tente d'attirer l'attention du gouvernement sur la situation des athlètes, qui présentent un profil de risque plus élevé en raison de leur sport et de leurs mouvements. Quelque 500 vaccins suffiraient à protéger les athlètes belges et leur entourage.

Selon le médecin en chef de l'organisation, Johan Bellemans, les athlètes doivent recevoir leur première injection au plus tard à la mi-avril, soit la semaine prochaine. Dans la dernière ligne droite vers Tokyo, une infection au coronavirus peut provoquer une perte de forme fatale. En outre, l'injection elle-même peut interférer avec l'entraînement pendant quelques jours.

Le COIB a bien confirmé que des discussions ont lieu avec le ministre de la santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) et le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD), mais contrairement à ce qu'ont rapporté les journaux du groupe Mediahuis samedi, aucune décision n'a encore été prise. Les sportifs ne font pas partie des groupes prioritaires pour recevoir un vaccin, mais les médecins du Comité olympique estiment important que les athlètes puissent recevoir un vaccin à temps pour préparer les JO, qui auront lieu du 23 juillet au 8 août à Tokyo. "L'objectif est de trouver une solution pour permettre à nos athlètes de préparer en toute sérénité les Jeux, au cours desquels ils représenteront fièrement les couleurs de la Belgique", a confirmé de son côté samedi le cabinet du Premier ministre. "Ce sont des discussions constructives", a ajouté Matthias Van Baelen, porte-parole du COIB samedi à l'Agence BELGA. "Nous nions fermement qu'une décision ait déjà été prise sur les vaccins pour les athlètes. Nous espérons bien sûr qu'il y aura de la clarté à court terme à ce sujet, parce que le plus important est que les athlètes puissent se préparer pour les JO en toute tranquillité." Matthias Van Baelen a confirmé cependant qu'un courrier du COIB a bien été transmis aux athlètes leur proposant de s'inscrire sur les listes de réserves pour une vaccination, mais "cette communication interne n'est pas en rapport avec les discussions que nous avons eues". Quelque 500 vaccins suffiraient à protéger les athlètes belges et leur entourage, évalue le COIB.