Le patron de NeWIN SA, la filiale de Nethys qui intègre les services informatiques et télécoms du groupe Publifin-Nethys, ignorait que l'entreprise qu'il dirige avait été vendue en mai dernier par Nethys. L'acquéreur est Ardentia Tech, une société au capital de 100.000 euros nouvellement créée par François Fornieri et dirigée par Stéphane Moreau. Philippe Naelten, CEO de NeWIN depuis 2011, a confirmé au Vif/L'Express avoir appris la nouvelle par voie de presse dimanche soir, mais n'a pas souhaité la commenter. Cette information bruissait depuis ce matin dans son entourage.
...

Le patron de NeWIN SA, la filiale de Nethys qui intègre les services informatiques et télécoms du groupe Publifin-Nethys, ignorait que l'entreprise qu'il dirige avait été vendue en mai dernier par Nethys. L'acquéreur est Ardentia Tech, une société au capital de 100.000 euros nouvellement créée par François Fornieri et dirigée par Stéphane Moreau. Philippe Naelten, CEO de NeWIN depuis 2011, a confirmé au Vif/L'Express avoir appris la nouvelle par voie de presse dimanche soir, mais n'a pas souhaité la commenter. Cette information bruissait depuis ce matin dans son entourage.Un petit groupe de quatre personnes serait à la manoeuvre derrière cette transaction réalisée dans le plus grand secret au nez et à la barbe de la Province de Liège et des communes liégeoises actionnaires d'Enodia (ex-Publifin) : Stéphane Moreau (CEO de Nethys), Pol Heyse (CFO de Nethys), Jacques Bughin (senior partner chez McKinsey) et bien sûr l'acquéreur François Fornieri (administrateur de Nethys et patron de Mithra).Le silence de FornieriCe dernier, interrogé par nos confrères du Soiril y a quatre semaines à propos de la création, en juillet, de deux nouvelles sociétés, Ardentia Tech et Ardentia Holding, avait botté en touche. Pour Fornieri, le moment pour parler de la fonction de ces nouvelles entités n'était "pas mûr". Il s'était limité à dire qu'il essayait de "créer des consortiums de gens qui peuvent aider à valoriser les actifs de la région. Nous sommes en discussion pour certains actifs, mais rien n'est fait et rien ne dit qu'on y arrivera."Rien n'est fait? Le deal avec Nethys concernant la cession de NeWIN à Ardentia Tech a été approuvé le 21 mai par le conseil d'administration de Nethys, toujours selon Le Soir. Un CA dont Fornieri est membre depuis mars 2017. Cette "offre liante" porte sur la cession d'une part majoritaire voire intégrale de NeWIN SA à Ardentia Tech, fondée le 11 juillet 2019 par Fornieri, lequel y a placé son ami Stéphane Moreau comme administrateur et responsable de la gestion journalière (à titre non rémunéré).Après le télédistributeur Voo, NeWIN est le deuxième "bijou de famille" du groupe Enodia à avoir été vendu secrètement par le management de Nethys avant les élections fédérales, régionales et européennes du 26 mai dernier. Vendredi, Le Soir avait déjà révélé la vente secrète de 50% de Voo plus une action, par Nethys, au fonds d'investissement américain Providence, juste avant le scrutin. Un deal qui serait néanmoins soumis à une condition suspensive: la cession, d'ici fin octobre, par les actionnaires wallons et bruxellois du télédistributeur Brutélé (partenaire de Nethys au sein de Voo), de leurs parts dans l'intercommunale liégeoise Enodia.Dermagne sous pressionCe week-end, le PTB a réclamé que la commission des Pouvoirs locaux du Parlement de Wallonie soit convoquée d'urgence afin de faire la lumière sur la revente de Voo. Dans la foulée, les administrateurs Ecolo d'Enodia ont réclamé l'envoi d'un commissaire du gouvernement wallon. Pour Pierre-Yves Dermagne, ministre wallon (PS) des Pouvoirs locaux, "envoyer un commissaire spécial, c'est prématuré" : il souhaite respecter la procédure et précise qu'une demande d'informations sera envoyée chez Enodia et Nethys dans un premier temps.Pour Ecolo, une assemblée générale d'Enodia doit en outre être rapidement organisée "afin de permettre aux actionnaires publics de se prononcer sur la destination des bénéfices issus des opérations de vente d'actifs de Nethys". La vente de Voo s'est faite dans le dos de son actionnaire Enodia mais aussi de Brutélé, l'autre intercommunale impliquée dans la gestion de Voo regroupant une trentaine de communes en Wallonie et à Bruxelles. La vente de NeWIN SA s'est conclue dans les mêmes conditions d'opacité, sans même prévenir le CEO de l'entreprise.