L'objectif de cette mesure assortie d'une limitation de la vitesse à 20km/h - 30km/h jusqu'à présent - est de faciliter la distanciation sociale lors du déconfinement progressif. Les 155 panneaux qui l'indiquent aux accès de la zone ont été placés vendredi. Selon le bourgmestre Philippe Close (PS), l'échevin de la Mobilité Bart Dhondt (Groen) et la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen) venus sur place vendredi, il s'agit d'une première phase-test de trois mois qui pourrait être prolongée.

La mesure doit permettre de faciliter le respect de la distanciation sociale, en particulier dans les zones hyperdenses, où les trottoirs sont très étroits. Le choix de l'appliquer dans tout le coeur de la Ville est motivé par une volonté de clarté.

La grande différence par rapport à la situation actuelle réside dans la priorité accordée aux piétons et cyclistes sur toute la largeur de la voirie et plus seulement sur les trottoirs et/ou pistes cyclables.

Le collège échevinal de la Ville de Bruxelles et le gouvernement régional bruxellois considèrent que la zone résidentielle s'inscrit aussi, au delà des mesures de déconfinement dans le contexte de la crise liée à la pandémie de Covid-19, dans le droit fil du plan de mobilité Good Move. Celui-ci met la priorité sur la mobilité douce.

Les habitants du Pentagone ont été informés des modifications apportées en conséquence au plan de circulation par un toutes-boîtes. Une campagne d'affichage et de communication via les médias sociaux est également prévue.

La zone résidentielle apaisée sera testée durant trois mois et évaluée via des rencontres avec les habitants, commerçants, usagers et autres groupes d'intérêt. La Ville décidera ensuite de son maintien ou non. La police locale veillera au respect des règles, dans un premier temps en adoptant un comportement préventif. Mais des contrôles de vitesse ne sont pas exclus à terme.

L'objectif de cette mesure assortie d'une limitation de la vitesse à 20km/h - 30km/h jusqu'à présent - est de faciliter la distanciation sociale lors du déconfinement progressif. Les 155 panneaux qui l'indiquent aux accès de la zone ont été placés vendredi. Selon le bourgmestre Philippe Close (PS), l'échevin de la Mobilité Bart Dhondt (Groen) et la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen) venus sur place vendredi, il s'agit d'une première phase-test de trois mois qui pourrait être prolongée.La mesure doit permettre de faciliter le respect de la distanciation sociale, en particulier dans les zones hyperdenses, où les trottoirs sont très étroits. Le choix de l'appliquer dans tout le coeur de la Ville est motivé par une volonté de clarté. La grande différence par rapport à la situation actuelle réside dans la priorité accordée aux piétons et cyclistes sur toute la largeur de la voirie et plus seulement sur les trottoirs et/ou pistes cyclables. Le collège échevinal de la Ville de Bruxelles et le gouvernement régional bruxellois considèrent que la zone résidentielle s'inscrit aussi, au delà des mesures de déconfinement dans le contexte de la crise liée à la pandémie de Covid-19, dans le droit fil du plan de mobilité Good Move. Celui-ci met la priorité sur la mobilité douce. Les habitants du Pentagone ont été informés des modifications apportées en conséquence au plan de circulation par un toutes-boîtes. Une campagne d'affichage et de communication via les médias sociaux est également prévue. La zone résidentielle apaisée sera testée durant trois mois et évaluée via des rencontres avec les habitants, commerçants, usagers et autres groupes d'intérêt. La Ville décidera ensuite de son maintien ou non. La police locale veillera au respect des règles, dans un premier temps en adoptant un comportement préventif. Mais des contrôles de vitesse ne sont pas exclus à terme.