Comme il y a deux ans, les membres du CD&V se sont réunis à Planckendael pour la journée des familles. Le parti avait enregistré à peu près 6.000 inscriptions. "Il n'y avait encore jamais eu autant de monde à notre journée des familles", s'est félicité Wouter Beke. Le président du CD&V a pleinement joué la carte des quartiers dans son discours. Et le parti veut insister dans sa nouvelle campagne sur les "quartiers chaleureux".

"A côté des familles, les quartiers sont les lieux les plus importants pour la cohésion sociale", a expliqué Wouter Beke. "Nous voulons faire savoir que le CD&V est le partenaire des quartiers."

Le parti va mettre du matériel à disposition de ses quelque 300 sections locales pour mener cette campagne et lance à nouveau une application (sur www.debontebuurt.be), à l'instar de celle que le parti avait développée durant les dernières élections autour de sa figure de proue Kris Peeters.

Les quartiers pourront tenter d'y gagner une discussion "en live" avec un ministre CD&V. Wouter Beke a reconnu que la campagne n'est pas étrangère aux élections communales de 2018. Le CD&V a pour l'instant 137 bourgmestres et est donc, sur ce plan, le premier parti de Flandre. "Il ne s'agit cependant pas uniquement d'élections, mais également de la question de savoir comment les gens peuvent cohabiter dans leur quartier et leur commune de manière encore plus heureuse", a expliqué le président.

Comme il y a deux ans, les membres du CD&V se sont réunis à Planckendael pour la journée des familles. Le parti avait enregistré à peu près 6.000 inscriptions. "Il n'y avait encore jamais eu autant de monde à notre journée des familles", s'est félicité Wouter Beke. Le président du CD&V a pleinement joué la carte des quartiers dans son discours. Et le parti veut insister dans sa nouvelle campagne sur les "quartiers chaleureux". "A côté des familles, les quartiers sont les lieux les plus importants pour la cohésion sociale", a expliqué Wouter Beke. "Nous voulons faire savoir que le CD&V est le partenaire des quartiers." Le parti va mettre du matériel à disposition de ses quelque 300 sections locales pour mener cette campagne et lance à nouveau une application (sur www.debontebuurt.be), à l'instar de celle que le parti avait développée durant les dernières élections autour de sa figure de proue Kris Peeters. Les quartiers pourront tenter d'y gagner une discussion "en live" avec un ministre CD&V. Wouter Beke a reconnu que la campagne n'est pas étrangère aux élections communales de 2018. Le CD&V a pour l'instant 137 bourgmestres et est donc, sur ce plan, le premier parti de Flandre. "Il ne s'agit cependant pas uniquement d'élections, mais également de la question de savoir comment les gens peuvent cohabiter dans leur quartier et leur commune de manière encore plus heureuse", a expliqué le président.