"Notre programme garantit qu'Anvers soit une métropole à taille humaine", a déclaré le vice-Premier ministre lors du congrès de son parti.

Anvers ne peut être forte que si tous les Anversois sont forts ensemble, selon Kris Peeters. "Ne laisser aucun homme, aucune femme, aucun enfant derrière. C'est ce qui nous rend unique et c'est ce que nous avons à offrir à plus de 500.000 Anversois. Nous ne nous inscrivons pas dans cette tendance qui consiste à toujours rejeter la faute sur quelqu'un d'autre. Nous refusons cette politique. Nous ne cherchons pas d'excuses, nous cherchons des réponses. Nous ne cherchons pas des coupables, nous cherchons des solutions", poursuit le vice-Premier ministre ciblant ainsi régulièrement la N-VA dans son discours sans jamais la nommer.

"Si 29 pc des petits Anversois grandissent dans une famille pauvre, c'est que nous n'avons pas fait tout ce qu'il fallait. Nous plaidons pour des moyens et des mesures supplémentaires, pour des équipes qui luttent contre la pauvreté et la solitude dans les quartiers, un accueil abordable pour les familles monoparentales, des épiceries sociales..."

La tête de liste sociale-chrétienne a également plaidé pour un plan permettant aux cyclistes et aux automobilistes de cohabiter de façon harmonieuse ainsi que pour une verdurisation de la ville afin que celle-ci soit moins "dure" et ce tant au sens littéral qu'au sens figuré du terme.

"Notre programme garantit qu'Anvers soit une métropole à taille humaine", a déclaré le vice-Premier ministre lors du congrès de son parti.Anvers ne peut être forte que si tous les Anversois sont forts ensemble, selon Kris Peeters. "Ne laisser aucun homme, aucune femme, aucun enfant derrière. C'est ce qui nous rend unique et c'est ce que nous avons à offrir à plus de 500.000 Anversois. Nous ne nous inscrivons pas dans cette tendance qui consiste à toujours rejeter la faute sur quelqu'un d'autre. Nous refusons cette politique. Nous ne cherchons pas d'excuses, nous cherchons des réponses. Nous ne cherchons pas des coupables, nous cherchons des solutions", poursuit le vice-Premier ministre ciblant ainsi régulièrement la N-VA dans son discours sans jamais la nommer. "Si 29 pc des petits Anversois grandissent dans une famille pauvre, c'est que nous n'avons pas fait tout ce qu'il fallait. Nous plaidons pour des moyens et des mesures supplémentaires, pour des équipes qui luttent contre la pauvreté et la solitude dans les quartiers, un accueil abordable pour les familles monoparentales, des épiceries sociales..." La tête de liste sociale-chrétienne a également plaidé pour un plan permettant aux cyclistes et aux automobilistes de cohabiter de façon harmonieuse ainsi que pour une verdurisation de la ville afin que celle-ci soit moins "dure" et ce tant au sens littéral qu'au sens figuré du terme.