Le budget est toujours marqué par la crise sanitaire. Il prévoit un effort d'assainissement de 0,2% du PIB mais aussi de nouvelles politiques à concurrence d'1,9 milliard d'euros, notamment la première phase de l'augmentation des pensions minimum et des allocations les plus basses. La commission doit également approuver la loi-programme qui concrétise les engagements budgétaires. La Chambre se prononcera en séance plénière sur le budget et la loi-programme durant la semaine avant les congés de fin d'année.

Un contrôle budgétaire est d'ores et déjà prévu en mars.

La commission a également approuvé, majorité contre opposition, le volet fiscal de la loi-programme. Le texte contient diverses mesures qui entreront en vigueur au début de l'année prochaine: gel de l'indexation de certaines dépenses fiscales, prolongation du taux de déduction à 25% pour les investissements des entreprises, exonérations pour la garde d'enfant et les aidants-proches, extension de la TVA à 6% pour la démolition de bâtiments et la reconstruction de logements, dispense de précompte professionnel pour la formation des travailleurs et augmentation des accises sur le tabac.

Le budget est toujours marqué par la crise sanitaire. Il prévoit un effort d'assainissement de 0,2% du PIB mais aussi de nouvelles politiques à concurrence d'1,9 milliard d'euros, notamment la première phase de l'augmentation des pensions minimum et des allocations les plus basses. La commission doit également approuver la loi-programme qui concrétise les engagements budgétaires. La Chambre se prononcera en séance plénière sur le budget et la loi-programme durant la semaine avant les congés de fin d'année. Un contrôle budgétaire est d'ores et déjà prévu en mars. La commission a également approuvé, majorité contre opposition, le volet fiscal de la loi-programme. Le texte contient diverses mesures qui entreront en vigueur au début de l'année prochaine: gel de l'indexation de certaines dépenses fiscales, prolongation du taux de déduction à 25% pour les investissements des entreprises, exonérations pour la garde d'enfant et les aidants-proches, extension de la TVA à 6% pour la démolition de bâtiments et la reconstruction de logements, dispense de précompte professionnel pour la formation des travailleurs et augmentation des accises sur le tabac.