"Il n'y a pas de réserve de personnel et la loi est trop rigide pour déplacer les gens d'un pilier à l'autre", a affirmé le président du Conseil fédéral de police, Willy Bruggeman, cité dans le quotidien. "Chaque fois qu'un nouveau phénomène apparaît, la police a du mal à survivre".

Le député Tim Vandenput (Open Vld) recommandait, lui, d'investir de 500 à 900 millions d'euros supplémentaires dans la police, la justice, les pompiers et la défense. "Il faut arrêter avec les slogans, mais agir! ", a réagi Philippe Close. "Ma zone de police a procédé au recrutement de 200 policiers supplémentaires, à l'investissement dans un réseau de caméras, à l'achat de voitures supplémentaires d'intervention et ce n'est pas suffisant".

Le maïeur bruxellois estime que ces efforts au niveau local ne peuvent à eux seuls rattraper le peu d'investissement réalisé ces dernières années à l'échelon de la police fédérale. Il pointe notamment des conséquences visibles dans les gares et les stations de métro, qui sont délaissées à Bruxelles.

"Comme je l'ai dit en avril, il faut absolument refinancer la police fédérale", poursuit le bourgmestre. "Les tweets et les posts Facebook pour annoncer des mesures fortes, c'est une chose. Des actes c'est ce qu'attend notre population. Les problèmes de sécurité sont réels dans notre pays et à Bruxelles", a-t-il conclu.